Decathlon : le hijab de running divise

Une polémique a enflammé la journée du mardi 26 février : celle de la volonté de l’enseigne Decathlon de commercialiser en France un hijab de running.

france 2

Un hijab de running, autrement dit une cagoule de course destinée aux femmes musulmanes qui souhaitent cacher leurs cheveux. Decathlon voulait le commercialiser en France, mais face à la polémique, l’enseigne sportive a choisi de renoncer, dans la soirée du mardi 26 février. Toute la journée, l’histoire a enflammé les réseaux sociaux et a provoqué la gêne de certains ministres, invités sur des matinales radios.

Un appel au boycott de plusieurs députés

La polémique a notamment débouché sur l’appel au boycott de plusieurs députés, y compris de la majorité comme Aurore Bergé, qui écrivait dans la matinée du mardi 26 février sur Twitter : "Le sport émancipe. Il ne soumet pas. Mon choix de femme et de citoyenne sera de ne plus faire confiance à une marque qui rompt avec nos valeurs. Ceux qui tolèrent les femmes dans l’espace public uniquement quand elles se cachent ne sont pas des amoureux de la liberté." Face à ces appels au boycott, Decathlon a tenté dans un premier temps de se justifier dans un communiqué. Cette nouvelle polémique rappelle celle sur le burkini. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le hijab de sport de Décathlon
Le hijab de sport de Décathlon (France 3)