Cet article date de plus de neuf ans.

RÉACTIONS | "Claude Guéant est devenu le ministre de la récupération des voix du Front national"

"Toutes les civilisations ne se valent pas". La phrase de Claude Guéant prononcée à huis-clos, en plein week-end, n'a pas mis longtemps à faire des vagues. A droite, on défend "le profond républicain". Au PS, on pourfend "un rabatteur de voix du FN". Le ministre accuse la gauche d'avoir extrait ses propos du contexte.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

A moins de 80 jours du premier jour de la présidentielle, alors que Marine Le Pen est créditée par les sondages d'environ 20%, la "stratégie" du ministre de l'Intérieur ne fait aucun doute pour la gauche. Ce discours controversé devant un parterre d'étudiants de l'UNI vise sans ambiguïté, selon Harlem Désir premier à réagir sur Twitter, à glaner les voix frontistes. Le n° 2 du PS y voit "la provocation pitoyable d'un ministre rabatteur de voix FN ". 

Des propos réitérés sur France Info.

Le MJS dans un communiqué renchérit, dénonçant un "discours xénophobe et raciste ". Le ministre "se range dans la catégorie de ceux qui différencient et hiérarchisent les hommes, permettant le basculement vers un véritable racisme culturel ". SOS Racisme dit espérer d'ailleurs "un démenti urgent". Sans quoi ces propos "marqueraient une nouvelle étape dans une dérive vers des extrêmes inacceptables ". 

"Certains à gauche enlèvent la dignité du débat démocratique" (Claude Guéant)

Claude Guéant pourtant, sur RTL, "ne regrette pas " sa déclaration. Mais déplore "que certains à gauche continuent à extraire des petites phrases de leur contexte et enlèvent ainsi la dignité du débat  démocratique ".

Ses proches à droite avaient déjà repris l'antienne classique. "Je suis toujours frappé de voir l'exploitation des propos de Claude Guéant ", affirme François Baroin, le ministre de l'Economie sur Europe 1, qui voit dans son collègue "un profond républicain ". 

Le député UMP Eric Raoult, lui qui était présent lors de ce colloque de l'UNI, cherche également à dédramatiser. Selon lui, l'évocation des civilisations faisait référence "à ce qui se passe en Syrie ou à d'autres endroits ". Rien de plus. Et l'auditoire était constitué de militants à qui "on va demander d'aller coller des affiches [...] et pas de défiler le bras levé ".

L'UNI, ce syndicat étudiant très marqué à droite devant lequel la polémique est arrivée, prend lui aussi la défense du ministre de l'Intérieur : "Claude Guéant a simplement rappelé des valeurs ", affirme sur France Info Olivier Vial, le président du syndicat.

Enfin, au FN, on ne se dit "pas dupe ". "Claude Guéant suit la feuille de route que lui a fixé Nicolas Sarkozy ", estime Nicolas Bay, le porte-parole de la campagne de Marine Le Pen.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.