Match PSG-Basaksehir : le football dit non au racisme

Mardi 8 décembre en Ligue des champions, les joueurs du Paris-Saint-Germain et d'Istanbul Basaksehir ont conjointement quitté le terrain suite aux propos racistes d'un arbitre à l'encontre d'un entraîneur adjoint du club turc.

France 2

Un genou à terre et le poing levé : mercredi 9 décembre, les joueurs et les arbitres du match de Ligue des champions entre le Paris-Saint-Germain et le club turc d'Istanbul Basaksehir ont dit non au racisme. La veille, la rencontre a été interrompue à la 13e minute de jeu lorsque le quatrième arbitre de la rencontre a désigné un entraîneur adjoint turc, Pierre Achille Webo, de cette manière à l'arbitre central : "Le Noir là-bas, va voir qui c'est. Il ne peut pas se comporter comme ça, le Noir-là."

Ouverture d'une enquête par l'UEFA

Après plusieurs minutes de confusion, le match a été interrompu sur décision des joueurs des deux équipes, qui ont refusé de poursuivre la partie. Le quatrième arbitre, roumain, a tenté de s'expliquer en affirmant que dans sa langue, "Negru" ne voulait pas dire "nègre" mais "noir". "Quand tu parles d'un homme blanc, tu ne diras jamais : 'Ce Blanc'. Tu diras : 'cet homme'. Alors pourquoi tu dis ça ?", lui a répondu Demba Ba, attaquant d'Istanbul. Après cette première historique dans l'histoire de la compétition européenne, l'UEFA, l'instance dirigeante du football continental, a ouvert une enquête disciplinaire.

Le JT
Les autres sujets du JT
La banderole \"No to racism\" au parc des Princes à Paris, le 9 décembre 2020, avant la reprise du match opposant le PSG et Basaksehir.
La banderole "No to racism" au parc des Princes à Paris, le 9 décembre 2020, avant la reprise du match opposant le PSG et Basaksehir. (FRANCK FIFE / AFP)