Football : le match PSG-Basaksehir interrompu après des accusations de racisme de la part d'un arbitre

Après qu'un des arbitres a tenu un propos raciste à l'encontre de l'un des entraîneurs de l'équipe turque, le match PSG-Basaksehir a été interrompu, mardi 8 décembre. Les joueurs ont quitté le terrain.

France 3

Mardi 8 décembre, le match PSG-Basaksehir avait débuté depuis 13 minutes, quand l'arbitre siffle. En tribune, les esprits s'échauffent. Le quatrième arbitre sur le bord du terrain désigne alors Pierre Webó, l'entraîneur adjoint du club d'Istanbul Basaksehir. "Pourquoi il a dit negro ?", crie-t-il. Le match est interrompu. Les deux équipes, solidaires, demandent des explications. Le quatrième arbitre de nationalité roumaine indique que, dans sa langue, le mot "negru" signifie "noir". 

Une enquête ouverte par l'UEFA

"Écoutez-moi. Pourquoi quand il désigne un Noir, il dit 'le' Noir ?", demande Demba Ba, un joueur de l'équipe turque. Pour lui, les paroles de l'arbitre sont racistes. Finalement, les équipes quittent le terrain. Dans les vestiaires, le Parisien Kylian Mbappé twitte aussitôt pour dire "non au racisme". Même le président turc Recep Erdogan a condamné "les propos racistes tenus à l'encontre de Pierre Webó". La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, roumaine d'origine, a quant à elle nuancé le caractère raciste des propos, mais a soutenu la réaction des joueurs : "Désigner quelqu'un et montrer quelqu'un par sa couleur, c'est inacceptable". L'UEFA a ouvert une enquête. Le match sera rejoué mercredi 9 décembre, avec de nouveaux arbitres.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les joueurs des deux clubs se réunissent autour de l\'arbitre pour réclamer des explications, le 8 décembre 2020, au Parc des Princes, à Paris.
Les joueurs des deux clubs se réunissent autour de l'arbitre pour réclamer des explications, le 8 décembre 2020, au Parc des Princes, à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)