Quand la moussaka déclenche la colère des identitaires

Ces derniers jours, les identitaires s’indignent car la marque Lidl a effacé les croix chrétiennes qui figurent sur ses produits alimentaires grecs.

Brut

Début septembre, l'enseigne de supermarchés Lidl a décidé de supprimer certains signes religieux du packaging de ses produits. Ce procédé ne plait pas du tout aux identitaires. Certains appellent même au boycott, notamment dans la fachosphère.

Lidl s’est senti obligé de réagir et a décidé de changer d’image pour ses produits.

Polémique religieuse

L’auteur Benoît Heilbrunn, professeur en marketing, déclare : "C’est vrai qu'aujourd'hui la dimension religieuse est une dimension explosive, dans un contexte où les gens l'associent à des attentats, à une forme de xénophobie (...) donc on va effacer tous les signes qui pourraient donner lieu à une fausse interprétation."

Cette pratique n’est pas isolée : Nestlé, Danone et Carrefour n’affichent pas les croix chrétiennes sur leurs yaourts "à la grecque", Nestlé le faisant même depuis les années 90.

Politiquement incorrect

De "bonnes intentions" qui irritent une partie des responsables politiques de droite, comme Valérie Boyer, qui s’offusque : "Carrefour fait le choix de supprimer les croix chrétiennes de ses emballages mais appose le croissant musulman sur ses produits halal".

Benoît Heilbrunn, conclut, plus pragmatique : "Au delà de la problématique religieuse qui a été soulevée, qui pour moi n’a pas grand sens parce que je pense qu'on fait beaucoup de bruit pour rien, je pense que cela traduit une misère symbolique du design et du marketing."