Propos xénophobes à Ajaccio : la Corse est-elle raciste ?

Depuis trois jours, les musulmans sont visés par des propos xénophobes dans les manifestations de soutien à deux pompiers et un policier blessés à Ajaccio. Est-ce le reflet d'une opinion bien installée ou un emballement lié à l'émotion et à la colère ? Analyse de Marie Peretti N'Diaye, sociologue et auteur de l'ouvrage "Le racisme en Corse : quotidienneté, spécificité, exemplarité".

(Marie Peretti N'Diaye, sociologue et auteur de "Le racisme en Corse : quotidienneté, spécificité, exemplarité")

Le racisme n'est pas plus implanté en Corse que sur le reste du territoire, et le nombre d'actes racistes est assez variable d'une année à l'autre, explique Marie Peretti N'Diaye. "Attention donc à ne pas durcir les choses et à ne pas les exacerber" , prévient la sociologue et auteur de l'ouvrage Le racisme en Corse . Les propos xénophobes entendus à Ajaccio depuis plusieurs jours sont le fruit d'une opinion ancrée chez certains, mais aussi le reflet de l'actualité récente pour beaucoup.

A LIRE AUSSI  >   Violences à Ajaccio : 200 personnes réunies pour un 3e jour de manifestation

Les propos xénophobes tenus en Corse ne reflètent pas forcément un racisme ancré. Analyse de la sociologue Marie Peretti N'Diaye (avec Alexis Morel)
--'--
--'--

Inégalités et différences ethniques exacerbées

Marie Peretti N'Diaye rappelle que la Corse est la région la plus pauvre de France. "A Ajaccio, 13% de la population vit avec des revenus qui dépendent à plus de 70% de la CAF , précise-t-elle. Et ces inégalités se juxtaposent avec des différences ethniques puisqu'en Corse, 77% des ouvriers et des employés sont des immigrés."  

Quant à l'arrivée des nationalistes à la tête de la région, pour la première fois, le 13 décembre, la sociologue n'y voit aucune corrélation. "Les événements ont été condamnés très vite par les responsables politiques locaux, notamment ceux qui viennent d'être élus à la tête de la région. " Mais il y a une demande d'ordre de la population corse, "un peu comme si les habitants devaient entrer dans les quartiers pour que les forces de l'ordre puissent y aller aussi."