Rennes : la plus ancienne détenue de France bénéficie de la première grâce présidentielle d'Emmanuel Macron

Cette femme de 74 ans avait été condamnée à perpétuité pour meurtre. Selon son avocate, la grâce présidentielle lui a bien été accordée.

Le centre hospitalier spécialisé Guillaume-Régnier à Rennes.
Le centre hospitalier spécialisé Guillaume-Régnier à Rennes. (MAXPPP)

La plus ancienne détenue de France, une femme de 74 ans emprisonnée depuis 33 ans, va bien bénéficier de la toute première grâce présidentielle accordée par Emmanuel Macron, rapporte France Bleu Armorique dimanche 27 mai, confirmant une information du Journal du dimanche.

Cette femme âgée est hospitalisée d’office en psychiatrie depuis 21 ans en raison de sa santé mentale fragile. Née en Guadeloupe, elle avait été incarcérée en 1985 puis condamnée à la réclusion criminelle à perpétuité pour meurtre en 1988. Elle purgeait sa peine à Rennes.

"Une fin de vie plus douce et plus heureuse"

Elle sollicitait une grâce présidentielle qui, selon son avocate, Virginie Bianchi, lui a été accordée. Une demande de grâce présidentielle adressée en septembre 2015 à François Hollande n'avait pas abouti. Jointe par La1ere.fr, Me Virginie Bianchi salue la décision du chef de l'Etat. "Ma cliente va pouvoir avoir une fin de vie plus douce et plus heureuse. Je salue la décision d'Emmanuel Macron et sa réactivité."

"C'est une grâce partielle donc elle ne sort pas du régime de détention mais du régime de la perpétuité", explique Virginie Bianchi, à France Bleu Armorique. Si la femme restera hospitalisée d'office, juridiquement, "elle a accès à des permissions de sortie encadrées par l'institution psychiatrique", détaille l'avocate.

"Par exemple, lorsque des sorties thérapeutiques sont organisées sous encadrement psychiatrique, elle ne pouvait pas jusqu'à présent y participer car elle était condamnée à perpétuité", explique Me Bianchi. La grâce partielle qui lui a été accordée lui permet aujourd'hui, avec l'autorisation d'un juge, d'en bénéficier.