Prisons : l'association d'aide aux détenus Genepi annonce sa dissolution

L'organisation, qui avait changé d'orientation, avait toutefois déjà rompu depuis plusieurs années avec l'administration pénitentiaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le centre pénitentaire pour femmes de Rennes (Ille-et-Vilaine), le 29 juillet 2021. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Le Genepi (Groupement étudiant national d'enseignement aux personnes incarcérées), association qui a accompagné pendant plus de 40 ans les détenus, a annoncé lundi 2 août sa dissolution. L'organisation avait toutefois déjà rompu depuis plusieurs années avec l'administration pénitentiaire"Nous refusons de faire perdurer une association qui n'a pas été pensée comme un outil de lutte contre l'enfermement et n'a jamais servi l'intérêt des prisonnier-es", a écrit l'association dans un communiqué, "refusant d'être associé à l'histoire du Genepi". 

Le mouvement, qui se revendiquait désormais comme association "féministe et anticarcérale", explique être arrivée au bout de sa logique "abolitionniste""Nous refusons de nous contenter d'une critique réformiste de la taule et de la justice, seule possibilité entendue par l'Etat et discours dominant formulé par le Genepi pendant plus de 40 ans", poursuit la direction actuelle de l'association dans ce texte.

L'Etat avait mis fin à sa subvention en 2018

Dans les faits, l'administration pénitentiaire avait rompu ses liens avec l'association en 2018 en ne renouvelant par la convention triannuelle qui lui assurait des subventions. Depuis 2019, le Genepi, qui a pu compter jusqu'à 850 bénévoles au début des années 2000, avait renoncé à son activité historique d'ateliers ou de cours en prison. Créé par les pouvoirs publics à la suite des violentes émeutes qui avaient secoué les prisons, notamment durant l'été 1974, le Genepi, animait également de nombreux colloques et campagnes de sensibilisation autour de la question carcérale et de la place de la prison dans la société.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Prisons

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.