Pays basque : la cour d'appel de Paris accepte la libération conditionnelle de deux membres emblématiques de l'ETA

Jakes Esnal et Ion parot vont pouvoir sortir de prison. Les deux hommes, âgés aujourd'hui de 71 ans, ont fait partie du groupe terroriste ETA, qui réclamait l'indépendance du Pays basque.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants portent une banderole sur laquelle il est écrit "Stop vengeance d'Etat", le 23 juillet 2022. (GAIZKA IROZ / AFP)

Les libérations conditionnelles de Jakes Esnal et Ion Parot, deux anciens membres de l'ETA, ont été acceptées, jeudi 22 septembre, par la cour d'appel de Paris, rapporte France Bleu Pays Basque. Leur demande de libération conditionnelle avait été dans un premier temps acceptée avant d'être retoquée par le parquet antiterroriste.

Les deux hommes, âgés de 71 ans, avaient été arrêtés en 1990 et condamnés en 1997 à la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir fait partie du commando itinérant d'ETA, responsable notamment de l'attentat à la garnison de Saragosse en 1987, qui avait fait 11 morts, dont six enfants.

Après 32 ans derrière les barreaux, leur libération est une victoire historique pour les défenseurs du processus de paix en Pays basque. Le 23 juillet dernier, un millier de manifestants s'étaient réunis à Biarritz et Bayonne pour exiger leur libération, à travers une vaste action de blocage pilotée par l’association Bake Bidea et le mouvement des Artisans de la paix.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Prisons

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.