Orpea : près de 500 salariés en grève dans 30 établissements ce vendredi, selon la CGT

Le groupe a annoncé qu'il ne versera pas de prime d'intéressement en 2022 aux salariés. Une décision d'Orpea qui a "mis le feu aux poudres", selon Guillaume Gobet.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les salariés ont lancé un mouvement de grève après la décision prise mi-mai par Orpea de ne pas leur verser de prime d'intéressement, le 3 juin 2022 à Aurillac. (JÉRÉMIE FULLERINGER / MAXPPP)

De "500 à 600 salariés" sont en grève vendredi 3 juin dans "une trentaine d'établissements Orpea" en France, affirme sur franceinfo Guillaume Gobet, délégué syndical CGT de la filière Ehpad du groupe Orpea. Les salariés ont lancé un mouvement de grève après la décision prise mi-mai par Orpea de ne pas leur verser de prime d'intéressement en 2022.

ENQUÊTE >> Commissions élevées, bonus illimité : révélations sur Orpea et sa centrale d’achats en Suisse

"Nous avons encore des établissements où nous apprenons que les gens sont partis en grève", précise Guillaume Gobet, qui regrette une décision du groupe qui a "mis le feu aux poudres". Cette prime représente "aux alentours de 700 euros chaque année, ce qui permet aux salariés de payer leurs vacances", avance l'ancien chef de cuisine dans un établissement du groupe.

"Ça va priver énormément de familles de vacances, c'est pour ça que cette colère est aussi soudaine et bien plus violente que le groupe ne le pense."

Guillaume Gobet, CGT

à franceinfo

Le groupe Orpea est dans la tourmente depuis la publication en janvier du livre-enquête de Victor Castanet, Les Fossoyeurs, qui montrait la réduction des coûts à outrance dans certains Ehpad du groupe, et les conséquences dramatiques que cela induisait pour les résidents. Guillaume Gobet estime que les salariés sont "victimes" de leur groupe. "Pour quelle raison doivent-ils payer les dérives d'Orpea ?", s'interroge le syndicaliste, qui dénonce une injustice : "Vu le chiffre d'affaires du groupe, il est incompréhensible qu'on n'ait pas droit à notre part."

Enfin, Guillaume Gobet regrette que la direction d'Orpea refuse de communiquer avec les salariés et les syndicats : "Le groupe reste dans sa logique de ne pas parler aux salariés ni aux syndicats", on n'a aucun contact avec la direction."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Maltraitance dans les Ehpad

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.