Cet article date de plus d'un an.

Orpea : perquisitions en cours au siège et dans plusieurs directions régionales

Le groupe privé d'Ehpad est visé par une enquête sur des soupçons de maltraitance institutionnelle et d'infractions financières, ouverte à la suite de la publication du livre "Les Fossoyeurs" du journaliste Victor Castanet.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le siège d'Orpea à Puteaux, le 5 février 2022. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Une quinzaine de perquisitions ont eu lieu mercredi 8 juin au siège d'Orpea à Puteaux dans les Hauts-de-Seine et dans plusieurs de ses quinze directions régionales, a appris franceinfo auprès du parquet de Nanterre.

Pour réaliser ces opérations, plus de 200 enquêteurs de la gendarmerie, issus de la Section de Recherches de Versailles, de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP), de l'Office central de lutte contre le travail illégal (OCLTI) et du Commandement de la gendarmerie dans le cyberespace (ComCyberGend) ont été mobilisés, s’appuyant sur des unités de police judiciaire locales (Brigades des recherches) et des gendarmes spécialisés en nouvelles technologies. Le groupe privé Ehpad est visé par une enquête sur des soupçons de maltraitance institutionnelle et d'infractions financières.

Une enquête ouverte en avril

Cette enquête, jointe à d'autres investigations pour "faux et usage de faux" et "infraction à la législation sur le travail en recourant abusivement à des contrats à durée déterminée", a été ouverte en avril par le parquet de Nanterre après un signalement du gouvernement à la suite de la publication du livre Les Fossoyeurs du journaliste Victor Castanet. Orpea y est accusé de graves manquements dans la gestion de ses établissements.

Le groupe d'Ehpad privé est par ailleurs indirectement concerné par une autre enquête pour "délit d'initié" qui vise plus particulièrement son ancien directeur général Yves Le Masne, qui a été auditionné librement mardi. Il est soupçonné d'avoir revendu pour près de 600 000 euros ses actions après avoir été informé de la parution du livre de Victor Castanet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.