Cet article date de plus de neuf ans.

Polynésie : le retour annoncé de Gaston Flosse

Selon des résultats complets provisoires, la liste autonomiste conduite par Gaston Flosse l'emporte largement, avec 45%, devant l'indépendantiste Oscar Temaru (30%) et Teva Rohfritsch (25%), au deuxième tour des élections territoriales polynésiennes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

A presque 82 ans, Gaston Flosse revient aux affaires en Polynésie. Le sénateur autonomiste, proche de l'ancien président Jacques Chirac, devrait fort logiquement être le prochain président de la Polynésie. 

Selon des résultats complets, mais encore provisoires, la liste du Tahoeraa Huiraatira l'a largement emporté, lors de la triangulaire du deuxième tour. 45,11% des voix se sont portées sur son nom ; près de 30% (29,26%) pour l'indépendantiste Oscar Temaru, et 25,63% pour Teva Rohfritsch, un ancien proche de Flosse, autonomiste lui aussi.
Les résultats officiels seront proclamés à 17h locales (mardi, 5h, à Paris). 

Ces élections territoriales devaient permettre d'élire 57 représentants à l'Assemblée de la Polynésie française, qui éliront eux-mêmes le président de la collectivité. Depuis la loi de juin 2011, une prime majoritaire pour la liste gagnante devrait ramener une certaine stabilité politique dans un archipel qui a connu pas moins de 13 gouvernements depuis 2004.

"L'homme le plus corrompu de la République"

René Dosière, député PS et rapporteur des crédits des Outre-mer, parle d'une "honte pour la République" . Gaston Flosse, écrit-il, est "l'homme politique le plus condamné et le plus corrompu de la République" .

Et le député, grand pourfendeur des dépenses inconsidérées de la République, ajoute : "Cette situation regrettable est cependant provisoire, compte tenu des décisions de justice en cours" - Gaston Flosse est au coeur de plusieurs procès.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.