Cet article date de plus d'un an.

Collecte des Restos du cœur : "On va essayer de partager un peu notre chance d’avoir les moyens de vivre"

Une collecte nationale est organisée vendredi et samedi près des magasins, avec l'objectif de réunir 8 000 tonnes de dons.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La collecte des Restos du cœur préparée dans un supermarché de Paris, le 7 mars 2019. (JULIO PELAEZ / MAXPPP)

"C'est pour les Restos du cœur ? Alors c’est bon, je donnerai", lance un client avant d'aller faire ses courses dans un supermarché du 7e arrondissement de Paris. "On a la chance d’avoir les moyens de vivre, on va essayer de partager un peu", ajoute-t-il devant les bénévoles de l'association mobilisés pour une collecte nationale vendredi 8 et samedi 9 mars, en faveur des plus démunis.

Pour les Restos du cœur, dons de temps, de nourriture de produits plus rares - le reportage de Delphine Evenou
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La collecte a commencé dès hier aux portes de ce magasin. Gilet rose sur le dos, les bénévoles distribuent leurs prospectus. Un appel aux dons pour permettre à l'association de poursuivre son aide alimentaire pendant le printemps et l'été. Julie, étudiante, aiguille les donateurs potentiels. "Je me suis inscrite, en tant que bénévole d’un jour, sur le site internet pour faire la collecte nationale. C’est un temps fort des Restos, il y a besoin de plus de main-d’œuvre", explique-t-elle. Certains clients n'ont pas besoin d'être conseillé. Comme Christophe, ils connaissent les besoins de l'association : "Je sais que des gens ont tendance à acheter des conserves, du riz, des pâtes, mais que des produits comme des rasoirs ou des brosses à dent peuvent manquer."  

Au fil des collectes, davantage de qualité

Odile remplit son panier avec du bon, assure-t-elle. "Du lait de soja, avec du calcium. Dans les biscuits, je sais qu’il y a du sucre mais peu importe, c’est du plaisir", dit-elle. La tendance est à la qualité, confirme Emmanuelle, une bénévole qui a vu les collectes évoluer : "Les clients donnent un peu ce qu’ils mangeraient eux, plus de produits bio, plus de produits diététiques." Les cartons se remplissent, sous le regard de Patrice Blanc, président des Restos du cœur. Chaque don est essentiel, utile, rappelle cet ancien juge d'instruction. "Les petits ruisseaux font les grandes rivières et surtout, à travers cette aide alimentaire qu’on apporte chaque semaine, un lien se crée. Cela permet à des personnes de rebondir et de se réinsérer socialement", assure-t-il. 

L'objectif de la collecte nationale est de réunir d'ici samedi soir 8 000 tonnes, soit l'équivalent de huit millions de repas, à offrir aux plus démunis.    

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.