Nuit debout appelle à une journée de mobilisation internationale le 15 mai

"De Paris au monde : la lutte mondiale que nous avons commencée en 2011 n'est pas finie", explique le mouvement, en référence à l'année qui a vu naître le mouvement espagnol des Indignés.

Des participants à Nuit debout écoute des discours, place de la République, à Paris, le 20 avril 2016.
Des participants à Nuit debout écoute des discours, place de la République, à Paris, le 20 avril 2016. (JACKY NAEGELEN / REUTERS)

Lancé il y a plus d'un mois, Nuit debout espère s'internationaliser et a appelé samedi à une journée de mobilisation partout en Europe et dans le monde le dimanche 15 mai. "Nous sommes dans une logique d'internationalisation", indique Jean, 33 ans, qui participe depuis le 31 mars aux rassemblements de la place de la République à Paris.

L'objectif n'est, selon lui, pas d'exporter le mouvement parisien, mais d'organiser le même jour des mobilisations "autonomes" dans plusieurs villes européennes, "coordonnées par les mouvements sociaux", autour de quelques thématiques partagées : les migrants, l'austérité, le libre-échange.

Une date en référence au mouvement espagnol des Indignés, né à Madrid le 15 mai 2011

Il a également souligné la volonté de "reénergiser" la mobilisation à Paris et en France, née de l'opposition à la loi travail, mais qui a largement débordé ce cadre. La date a été choisie en référence au mouvement espagnol des Indignés, né à Madrid le 15 mai 2011.

Samedi matin à Paris, des intervenants de plusieurs nationalités se sont succédé au micro de Nuit debout sur la place de la République, offrant un condensé des grandes mobilisations anticapitalistes de ces dernières années. Devant quelque deux cents personnes, un Grec a dit que la réunion parisienne lui rappelait la place Syntagma d'Athènes, lieu emblématique des manifestations contre l'austérité, tandis qu'une Américaine a évoqué le mouvement Occupy Wall Street né en 2011 à New York.