VIDEO. Greenpeace fait voler et s'écraser un drone au-dessus d'une centrale nucléaire dans l'Ain

L'ONG a volontairement fait s'écraser un drone contre le mur d'une piscine d'entreposage du combustible nucléaire de la centrale du Bugey, dans l'Ain.

Un \"drone déguisé en Superman\" et piloté par des militants de Greenpeace a survolé la centrale nucléaire du Bugey (Ain), à 25 kilomètres de Lyon, le 3 juillet 2018. 
Un "drone déguisé en Superman" et piloté par des militants de Greenpeace a survolé la centrale nucléaire du Bugey (Ain), à 25 kilomètres de Lyon, le 3 juillet 2018.  (GREENPEACE)

Greenpeace annonce, mardi 3 juillet, avoir "transformé un drone en Superman" pour dénoncer l'absence de sûreté nucléaire. Des militants de l'ONG qui prône la sortie du nucléaire ont piloté un drone, qui est parvenu à survoler la centrale nucléaire du Bugey (Ain).

>> Lire aussi : ENQUETE FRANCEINFO. "On est obligés de franchir la ligne jaune" : des militants de Greenpeace racontent comment ils mènent leurs actions-chocs dans les centrales

"Après l'avoir fait entrer dans la zone interdite de survol, les militant-e-s l'ont volontairement fait s'écraser contre le mur de la piscine d'entreposage de combustible usé, accolée au réacteur 2. Cette action démontre une nouvelle fois l'extrême vulnérabilité de ce type de bâtiment, qui est pourtant celui qui contient le plus de radioactivité dans une centrale nucléaire", explique Greenpeace. 

"EDF doit cesser d’ignorer nos alertes"

Et l'association ajoute : "Les militant-e-s de Greenpeace France ont démontré que l'espace aérien n'est pas inviolable et qu'aucune mesure n'est venue empêcher ce survol et ce crash." 

Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire auprès de l'organisation environnementale Greenpeace France, tape du poing sur la table, dans un communiqué : "Seule une protection passive des centrales nucléaires et donc la bunkerisation des piscines d'entreposage de combustible usé, permettra de sécuriser ces installations. EDF doit cesser d'ignorer nos alertes et effectuer les travaux indispensables à la sécurisation de ses centrales."

De son côté, EDF a décidé de porter plainte, a appris franceinfo auprès de l'entreprise. Selon EDF, un deuxième drone filmait l'opération. Un des deux drones a finalement été récupéré et transmis aux gendarmes. Toujours selon l'entreprise, l'alerte a été donnée à 6h20 ce mardi matin, soit au début de l'opération.