Tirs d'essai de missiles par la Corée du Nord : cela démontre que le pays "continue d'améliorer et de développer son programme balistique"

Le régime de Kim Jong-un a effectué avec succès des tirs d'essai d'un nouveau "missile de croisière longue portée" durant le week-end, ses premiers tirs depuis mars, a annoncé l'agence officielle KCNA ce lundi.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong-Un le 29 juin 2021. (STR / KCNA VIA KNS)

Le Japon, les Etats-Unis et la Corée du Sud "ont des raisons de s'inquiéter parce que cela démontre que la Corée du Nord depuis ces dernières années poursuit son programme de développement, qu'il soit balistique en tant que tel ou l'ensemble de ces missiles", réagit Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS), enseignant à Sciences-Po Paris, et spécialiste notamment de la Corée du Nord lundi 13 septembre sur franceinfo, après des tirs d'essai d'un nouveau missile de croisière longue portée par la Corée du Nord. "C'est un missile de croisière qui voyage à une altitude beaucoup plus faible. Ce qui rend son interception par certains systèmes de défense plus complexe", a ajouté Antoine Bondaz.

"C'est un message envoyé à la Corée du Sud et au Japon".

Antoine Bondaz

à franceinfo

franceinfo : Le Japon a-t-il raison d'évoquer l'existence d'une menace réelle et sérieuse pour la paix et la sécurité du pays ?

Antoine Bondaz : C'est le cas pour l'ensemble des pays de la région : la Corée du Sud, le Japon, mais aussi les États-Unis qui ont une présence militaire très forte dans ces deux pays. Ils ont des raisons de s'inquiéter parce que cela démontre que la Corée du Nord depuis ces dernières années poursuit son programme de développement, qu'il soit balistique en tant que tel ou pour l'ensemble de ces missiles. Ce sont des missiles de croisière à longue portée qui pourraient frapper notamment des intérêts japonais dans l'archipel. La Corée du Nord continue d'améliorer et de développer tous ses systèmes d'armes. C'est dans un contexte d'accroissement des capacités de l'ensemble des acteurs [Etats-Unis, Corée du Sud, Japon] que la Corée du Nord a testé ces deux missiles.

Et le développement de ces types d'armes, qu'est-ce que ça change ?

Ces deux dernières années, la Corée du Nord a multiplié les essais balistiques à courte portée. Ce qui diffère avec le double essai de ce week-end, c'est que c'est un missile de croisière qui voyage à une altitude beaucoup plus faible. Ce qui rend son interception par certains systèmes de défense plus complexe. C'est un message envoyé à la Corée du Sud et au Japon pour dire que la défense anti-missile de ces pays, mais aussi celle des États-Unis qui y est déployée ne sera pas suffisante en cas de conflit, pour éviter des frappes nord-coréennes. Pour l'instant ce sont des provocations auxquelles la communauté internationale peut avoir beaucoup de mal à répondre, car ce ne sont pas des tirs balistiques à longue portée comme en 2016 et 2017 qui avaient enclenché des sanctions de la part du Conseil de sécurité des Nations unies. Et puis les résolutions ne mentionnent pas explicitement les missiles de croisière comme étant interdits. C'est donc plus difficile pour les membres du Conseil de sécurité de l'Onu de se coordonner, de se mettre d'accord.

"Les Américains ont une nouvelle stratégie qui est assez floue."

Antoine Bondaz

à franceinfo

Kim Jong-Un, le chef d'État nord-coréen n'a pas assisté à ces lancements. Comment l'interprétez-vous ?

Ce n'est pas en soi fondamentalement une information importante. Ce qui est important, c'est qu'en janvier lors du 8e congrès du Parti du travail de Corée du Nord, Kim Jong-Un avait annoncé que le pays continuerait de développer son programme nucléaire et notamment ses armes tactiques. Ce qui se passe ce week-end n'est que la réalisation de choses qui ont été annoncées. Entre-temps, les discussions entre Américains et Nord-coréens n'avancent plus du tout. Il n'y a pas d'avancée tant les Etats-Unis que la Corée du Nord ne semblent pas prêts pour l'instant à faire les concessions que l'un et l'autre attendent.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nucléaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.