Quelques secondes pour réagir : avec le pic de froid, le centre de contrôle du réseau électrique est sur le qui-vive

Avec l'arrivée du froid, les agents du centre de pilotage parisien de RTE surveillent comme le lait sur le feu la consommation d'électricité sur le territoire pour équilibrer l'offre et la demande. Avec, parfois, seulement quelques secondes pour réagir.

La salle de contrôle du centre opérationnel parisien de Réseau de transport d’électricité (RTE).
La salle de contrôle du centre opérationnel parisien de Réseau de transport d’électricité (RTE). (GERARD JULIEN / AFP)

"Là, nous avons entendu ce que l’on appelle une manœuvre sur le réseau", indique Claudine Levillain, agent de RTE, presque à voix basse. Dans l'ambiance feutrée de la salle de contrôle du centre de pilotage parisien de Réseau de transport d’électricité (RTE), centre de névralgique des infrastructures électriques, seuls les bips sonores signalent les événements sur le réseau. Six agents ont en permanence les yeux rivés sur l'immense carte de France des autoroutes électriques. Avec l'arrivée du froid, ils surveillent comme le lait sur le feu la consommation d'électricité sur le territoire "À un moment donné, explique cette agent de RTE, nous sommes amenés à ouvrir ou fermer certains ‘interrupteurs’. Vous avez donc une vingtaine de sons différents qui renvoient instantanément à un phénomène sur le réseau."

Des "aiguilleurs" de l'électricité

Équilibrer en permanence l'offre et la demande électrique est la mission de ces agents du dispatching : ils ont quelques secondes pour réagir aux imprévus et aux tensions. "Nous pouvons faire face à des aléas sur la production d’électricité, par exemple, lorsque des aléas techniques font que des centrales s’arrêtent", explique Jean Paul Roubin, le directeur d'exploitation de RTE. "Les prévisions pour les deux à trois jours sont stables et, globalement, relativise-t-il, nous disposons de suffisamment de marge sur les importations possibles pour être confiants sur le reste de la semaine."

Malgré neuf réacteurs nucléaires à l'arrêt sur 58, RTE écarte tout risque de coupure mais incite les habitants aux économies d'énergie, surtout en région Paca. Et compte sur les importations de nos voisins européens qui n'ont pas les mêmes problèmes de pics que nous. Comme les Français ne vivent pas de la même façon que leurs voisins allemands ou espagnols, les heures de pointe, en la matière, ne sont pas les mêmes.

Un "mix électrique" à l'échelle européenne

"Nous nous accommodons bien d’un marché européen qui, grâce à ses différents modes de vie et ses différences de 'mix électriques', arrive à être solidaire pour que le confort électrique soit assuré sur l’ensemble de la plaque européenne", explique François Brottes, le président du directoire de RTE.

Il suffit, en matière d’électricité, qu’un pays d’Europe s’enrhume pour que tout le monde attrape la grippe. Nous sommes dépendants les uns des autres. Nous réalisons ensemble nos prévisions pour anticiperFrançois Brottesfranceinfo

En plus des importations, pour faire face à ce pic de froid, l'éolien et le solaire français permettent de satisfaire 6% de la consommation. La France dépend cependant encore de ses quatre centrales à charbon, lesquelles émettent le plus de CO2, alors qu'elles doivent fermer en 2022 pour remplir nos objectifs climatiques.

Avec le pic de froid, les agents du réseau de transport d’électricité sur le qui-vive - reportage Anne-Laure Barral
--'--
--'--