L'UFC-Que Choisir accuse EDF de sous-utiliser volontairement son parc nucléaire pour faire payer plus cher les consommateurs

Selon l'association, cette sous-utilisation est volontaire et influe sur les prix du marché. Ce qui permet à EDF de vendre son électricité plus cher. 

La centrale nucléaire de Cattenom, en Lorraine. 
La centrale nucléaire de Cattenom, en Lorraine.  (PATRICK HERTZOG / AFP)

L'UFC-Que Choisir accuse EDF de faire payer aux Français un surcoût de un surcoût de 2,4 milliards d'euros pour les particuliers entre 2012 et 2016, via une sous-utilisation volontaire de son parc nucléaire qui ferait grimper les prix du marché. Selon l'association de défense des consommateurs, cela représente en moyenne un coût supplémentaire de 71 euros par client sur la période.

EDF parle de son côté d'une "optimisation" pour "satisfaire la demande des consommateurs". "Selon nous, ce n'est pas dans l'intérêt des clients mais dans l'intérêt d'EDF" que l'entreprise sous-utilise son parc nucléaire, a commenté vendredi sur franceinfo Alain Bazot, président d'UFC-Que choisir. Pour lui, EDF profite indirectement d'un manque de régulation du marché.

Pourquoi le groupe EDF sous-utilise-t-il ses centrales nucléaires ?

Face à la demande d'électricité, EDF mobilise en priorité ses unités de production fournissant l'énergie la moins chère. L'éolien est donc privilégié, puis le nucléaire (qui représente 70% de notre électricité en France), et si cela ne suffit pas, EDF se tourne vers ses centrales au coût plus élevé : le gaz, le charbon, et finalement le fioul. Or, l'UFC-Que choisir s'est rendu compte qu'EDF continue de faire tourner ses centrales coûteuses alors même que le groupe a diminué les capacités de production de ses unités nucléaires. Au lieu de se passer de gaz ou de charbon, l'ajustement se fait sur la production nucléaire.

Vous pensez qu'EDF réduit volontairement son offre pour faire monter les prix ?

C'est en tout cas l'effet mécanique que l'on constate. L'UFC ne prétend pas qu'EDF fraude ou manipule le marché; ce n'est pas à nous de dire s'il y a un abus de position dominante. (...) Mais les 5 000 données que nous avons recueillies entre 2012 et 2016 démontrent un manque de régulation du marché. Lorsqu'EDF interrompt une production nucléaire à cause d'une panne ou d'une maintenance, il doit le justifier ; mais s'il décide simplement de produire moins de nucléaire, alors il n'a pas de justification à apporter. (...) EDF réagit à la publication de notre enquête en disant que cette "optimisation" est faite pour "satisfaire la demande des consommateurs". Pourtant, selon nous, ce n'est pas dans l'intérêt des clients, mais dans l'intérêt d'EDF.

Depuis 10 ans, le marché de l'électricité est plus ouvert. Les particuliers peuvent choisir d'autres fournisseurs d'électricité qu'EDF.

Sauf que cette sous-utilisation des centrales nucléaires pratiquée par EDF a un impact sur l'ensemble du marché. Elle entraîne une augmentation généralisée des prix. Tout le monde est donc concerné. Ce sont d'ailleurs les consommateurs qui ont choisi des alternatives à EDF qui subissent l'impact économique négatif le plus important.