Cet article date de plus de huit ans.

Gravelines : Greenpeace essaye d'entrer dans la centrale nucléaire

Importante présence des forces de l'ordre ce mercredi matin, à la centrale nucléaire de Gravelines près de Dunkerque dans le Nord. En cause : une intrusion de militants écologistes de Greenpeace au petit matin. Ils entendaient dénoncer la vétusté des centrales nucléaires dans le cadre d'une vaste opération menée dans toute l'Europe. La centrale du Bugey, dans l'Ain, a également été visée.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Les 18 militants de Greenpeace, français, danois, canadien, anglais et allemands disent être parvenus mercredi matin au pied de la piscine du réacteur numéro 6 de la centrale nucléaire de Gravelines près de Dunkerque comme l'explique France Bleu Nord .  

Ils auraient passé trois niveaux de sécurité. Les autorités évoquent, elles, une arrestation dès la première barrière. Mais l'essentiel pour les écologistes n'étaient pas la question de la sécurité pour s'introduire dans la centrale, mais plutôt de dénoncer, avec des banderoles, la volonté affichée par l'Etat de prolonger la durée de vie des centrales.

La centrale la plus importante d'Europe de l'Ouest

Or Gravelines, la centrale la plus importante d'Europe de l 'Ouest, avec ses six réacteurs, aura 40 ans en 2020. Et pour Greenpeace, elle montre déjà des signes de fatigue.

L'association rappelle ainsi l'apparition, il y a deux ans, de microfissures en fond de cuve sur le réacteur numéro 1. Les militants arrêtés jeudi matin sont en garde à vue pour "pénétration dans un bâtiment intéressant la défense nationale ". Vu leur nombre, ils ont été dispatchés dans plusieurs gendarmeries de la région. Sur place, le dispositif policiers est en train d'être levé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nucléaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.