Fessenheim ne fermera pas avant 2018 selon Ségolène Royal

Une annonce qui n'arrange pas les relations entre les écologistes et le gouvernement. Une équipe de France 3 fait le point.

France 3

Ségolène Royal a annoncé ce mardi 8 septembre que la centrale nucléaire de Fessenheim en Alsace ne fermerait qu'en 2018. Des propos nuancés ce soir par le gouvernement.
En septembre 2012, François Hollande, fraichement élu réitérait une promesse de campagne, celle de fermer la centrale de Fessenheim avant fin 2016. Mais depuis, sa fermeture recule de plus en plus dans le calendrier présidentiel.

La donne a changé ?

La ministre de l'Écologie considère que la loi sur la transition énergétique aurait changé la donne. Elle associe la fin de Fessenheim à l'ouverture, sans cesse reportée, de l'EPR de Flamanville. "Quand Flamanville ouvrira, Fessenheim devra fermer", a déclaré lors d'un déplacement à Strasbourg, Ségolène Royal.
Face à cette annonce, les écologistes demandent des comptes à François Hollande. "Si demain le président de la République décide de ne pas fermer Fessenheim, c'est à lui de le dire, c'est à lui de l'expliquer aux Français, d'expliquer pourquoi, et aussi d'expliquer pourquoi un tel renoncement sur les engagements qu'il a pris en 2012", explique Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'EELV.

Le JT
Les autres sujets du JT
La centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), photographiée ici en novembre 2013.
La centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), photographiée ici en novembre 2013. (SEBASTIEN BOZON / AFP)