EDF confirme un énième report de la mise en route de l'EPR de Flamanville

Ce nouveau retard devrait entraîner des coûts supplémentaires de 10 milliards d'euros.

Des ouvriers sur le chantier de l\'EPR de Flamanville (Manche), le 19 février 2014.
Des ouvriers sur le chantier de l'EPR de Flamanville (Manche), le 19 février 2014. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Nouveau retard sur le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche). Sa mise en route a encore été repoussée, au quatrième trimestre 2018, a annoncé EDF jeudi 3 septembre, confirmant une information du Figaro.fr. Son coût de construction atteint désormais 10,5 milliards d'euros, selon le groupe, qui a relevé de deux milliards sa précédente estimation.

EDF, en charge du chantier et de la future exploitation du réacteur, avait déjà annoncé en novembre 2014 un nouveau report de sa mise en service, pour 2017, sans toutefois réévaluer son dernier devis de 8,5 milliards d'euros, qui datait de fin 2012.

Un coût initial estimé à 3 milliards d'euros

Estimé à trois milliards d'euros lors de l'annonce du projet en 2004, l'EPR de Flamanville conçu par Areva devait initialement entrer en service en 2012. Mais des difficultés à répétition sur le chantier et dans la fourniture de certains équipements ont contraint à plusieurs reprises EDF à reporter cette date et à revoir à la hausse le coût du projet.  

Ces embûches interviennent alors que la filière nucléaire française est en pleine restructuration, à la suite des graves problèmes financiers rencontrés par Areva.