EDF confirme envisager l'arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim fin 2018

L'électricien rappelle que cette fermeture est sujette à deux conditions, comme convenu avec l'Etat en début d'année. Il faudra qu'elle coincide avec le démarrage de l'EPR de Flamanville et qu'elle soit nécessaire pour limiter le parc nucléaire français à son niveau actuel, soit 63,2 gigawatts.

La centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), le 8 décembre 2015.
La centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), le 8 décembre 2015. (PATRICK SEEGER / DPA / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Nouvel épisode dans la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin). Elle devrait bien s'arrêter définitivement à la toute fin 2018, selon des données publiées, vendredi 8 décembre, par l'électricien. Cela confirme ce qu'envisageait déjà le groupe, qui rappelle que cet arrêt reste notamment conditionné au démarrage de l'EPR de Flamanville.

EDF envisage de mettre pour de bon à l'arrêt les deux réacteurs de la doyenne des centrales françaises le 31 décembre 2018 à minuit, selon ces données publiées sur le site du gestionnaire du réseau de transport d'électricité RTE afin de respecter les règles d'information des acteurs du marché.

Deux conditions

L'électricien rappelle d'ailleurs que cette fermeture est sujette à deux conditions, comme convenu avec l'Etat en début d'année. Il faudra qu'elle coincide avec le démarrage de l'EPR de Flamanville (Manche) dont la capacité est la même que celle des deux réacteurs de Fessenheim (environ 1 600 mégawatts). Il faudra également qu'elle soit nécessaire pour limiter le parc nucléaire français à son niveau actuel, soit 63,2 gigawatts.

Début octobre, EDF avait indiqué que l'EPR de Flamanville serait démarré fin 2018, pour une mise en service commerciale en 2019. L'obligation de respecter le plafond actuel du parc nucléaire est une exigence de la loi sur la transition énergétique votée en 2015.

Pour lancer le processus d'arrêt de Fessenheim, EDF doit envoyer six mois avant la date prévue une demande d'abrogation de l'autorisation d'exploiter les deux réacteurs du site. Actuellement un seul des deux réacteurs est en fonctionnement. Le réacteur numéro 2 est à l'arrêt depuis juin 2016 pour des vérifications dans le cadre des irrégularités détectées à l'usine Creusot Forge d'Areva. EDF prévoit de le redémarrer le 15 mars 2018.