Centrale nucléaire du Tricastin : un cadre dénonce "une politique de dissimulation" des incidents et porte plainte contre EDF

Le cadre de la centrale nucléaire drômoise revendique le statut de lanceur d'alerte, a appris franceinfo vendredi auprès de ses avocats. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Pôle et centrale nucléaire du Tricastin dans la Drôme, le 19 mai 2021.  (VINCENT PILLET / FRANCE BLEU DRÔME ARDÈCHE)

Un cadre de la centrale nucléaire du Tricastin, dans la Drôme, porte plainte contre EDF qu'il accuse de mener "une politique de dissimulation" des incidents, a appris franceinfo vendredi 12 novembre auprès de ses avocats William Bourdon et Vincent Brengarth, confirmant une information du journal Le Monde.

Ce cadre revendique le statut de lanceur d'alerte. Il a déposé sa plainte auprès du parquet de Paris le 5 octobre dernier. Cette volonté de dissimuler les incidents concerne notamment la visite décennale de la centrale du Tricastin afin d'obtenir l'autorisation de l'exploitation au-delà de 40 ans.

Le plaignant a subi des "représailles"

Cet homme d'une quarantaine d'années est aujourd'hui en arrêt maladie car sa position au sein de la centrale a entraîné une dégradation de ses relations avec la direction de la centrale.

"C'est parce qu'(il) a dénoncé ce qui s'apparente à une politique de dissimulation et qu'il a refusé de prêter son concours à des opérations visant à entretenir de l'opacité sur certains incidents qu'il fera l'objet d'une éviction extrêmement brutale et injustifiée", affirment à l'AFP ses avocats Mes William Bourdon et Vincent Brengarth dans la plainte. Selon eux, leur client a subi des "représailles", "dans un climat de management très autoritaire, lié notamment aux objectifs de production".

La plainte a été déposée pour des infractions à la réglementation relative aux installations nucléaires, au code de l'environnement et au droit du travail, mise en danger de la vie d'autrui et harcèlement.

Pas de "manque de transparence", selon EDF

Contactée par franceinfo, EDF n'a pas souhaité faire de "commentaires sur l'appréciation d'un salarié". L'entreprise souligne toutefois que "dans la relation que nous avons avec l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire) à aucun moment l'ASN n'a considéré qu'EDF avait manqué de transparence dans ses déclarations par rapport au Tricastin". "Chaque événement détecté sur le terrain, présentant un risque ou enjeu de sûreté, de risque pour l’environnement, est déclaré à l’ASN", ajoute EDF. "La transparence et le respect de la réglementation sont scrupuleusement appliqués et respectés sur tous les sites."

La centrale nucléaire du Tricastin mise en service en 1980 et 1981, est l'une des plus anciennes de France. En février, l'ASN a ouvert la voie à la poursuite de l'exploitation des plus vieux réacteurs de 40 à 50 ans, dont Tricastin enjoignant à EDF de réaliser des travaux pour améliorer leur sûreté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nucléaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.