Cet article date de plus de sept ans.

Notre-Dame-des-Landes : 60% des Français opposés au projet d'aéroport

60% des Français sont opposés au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), selon un sondage OpinionWay réalisé pour l'association écologiste France Nature Environnement et que France Info révèle ce mercredi en exclusivité.
Article rédigé par Anne-Laure Barral
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (En mars dernier, un sondage Ifop réalisé au niveau de la Loire-Atlantique indiquait en effet que 58% des personnes interrogées étaient "favorables" au projet © Sipa)

Selon un sondage OpinionWay réalisé pour l'association écologiste France Nature Environnement et que France Info révèle ce mercredi en exclusivité, quelque 60% des Français se disent opposés au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, en Loire-Atlantique. Dimanche 26 juin, 967.500 électeurs de Loire-Atlantique sont appelés à répondre à cette question : "Etes-vous favorable au projet de transfert de l'aéroport de Nantes-Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes ?"

A LIRE AUSSI ►►► Notre-Dame-des-Landes : les occupants illégaux vont devoir partir

En Loire-Atlantique, un autre sondage indiquait 58% de personnes favorables

France Nature Environnement a choisi d'interroger des citoyens de toute la France. Le but : montrer qu'en changeant d'échelle, le résultat du vote peut être très différent. En mars dernier, un sondage Ifop réalisé en Loire-Atlantique indiquait, en effet, que 58% des personnes interrogées étaient "favorables" au projet. 

France Nature Environnement réclame une consultation nationale 

L'association environnementale réclame l'organisation d'une consultation nationale après le vote local, le futur aéroport étant un projet d'Etat financé en partie par les impôts de tous les contribuables. Le sondage OpinionWay révélé ce mercredi a été mené auprès d'un échantillon de 1061 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.