Mouvements sociaux : si l'Euro est perturbé, ce sera la faute du gouvernement

Selon notre sondage MCI Odoxa pour Le Parisien et France Info, 56% des Français redoutent des perturbations pendant l’Euro de football du fait des mouvements sociaux. Pour une majorité d’entre eux, la faute incomberait au gouvernement.

(Selon notre sondage, le gouvernement (61%) serait bien davantage responsable que les syndicats (37%), du pourrissement de la situation © MaxPPP)

 Le 10 juin sonnera le coup d'envoi de l'Euro de football 2016. Dans un contexte social explosif, entre appels à la grève et à manifester, des raffineries à la SNCF en passant par la RATP : la CGT engage le bras de fer avec un gouvernement inflexible sur la loi Travail. Comment sortir de l'impasse ? 

56% redoutent des perturbations 

Une chose est sûre, d'après notre sondage MCI Odoxa pour Le Parisien et France Info,  les Français sont inquiets pour la bonne tenue de la compétition (56% redoutent des perturbations contre 44%) et pensent que les conséquences seraient catastrophiques pour l'image de la France mais aussi pour la croissance. 

(© Odoxa 1)

Pour 61% des sondés, la faute incomberait au gouvernement 

A qui la faute si jamais l'événement est perturbé ? Pour une majorité de personnes interrogées, le gouvernement (61%) serait bien davantage responsable que les syndicats (37%), du pourrissement de la situation. C’est ce qu’explique Gaël Slimane, président de l'institut Odoxa : "Cette proximité des deux évènements crée une immense inquiétude. Les Français font l’équation et nous disent, pour 56% d’entre eux, qu’ils sont très inquiets de voir l’Euro perturbé, pour l’essentiel convaincus que si un tel télescopage survenait, non seulement l’image de la France serait abîmée dans le monde, mais cela aurait aussi des conséquences en matière d’emploi.

 

"61% de Français estiment que ce serait de la faute de l’Exécutif"-Gaël Slimane, président de l'institut Odoxa
--'--
--'--

Une minorité de sondés pointe du doigt la responsabilité de la CGT 

"Ce qui est terrible, ajoute-t-il, pour le gouvernement, c’est que si survenait une telle situation survenait en plein Euro, ce serait avant tout, pour une majorité de Français, la faute du gouvernement, qui aurait été inconséquent en voulant faire passer en force la loi Travail. 61% de Français estiment que ce serait de la faute de l’exécutif, pour seulement une minorité qui pensent que la faute en incomberait à la CGT et aux syndicats radicaux qui se disent prêts à organiser des mouvements sociaux en plein Euros. "

(© Odoxa)