VIDEO. "Qu'est-ce que vous attendez ? Il y a urgence !" : l'appel d'une mère lesbienne pour la PMA pour toutes

Marie Labory, lesbienne et mère de deux enfants nés après une PMA en Espagne, s'adresse aux opposants à la PMA pour toutes, aux médias et aux responsables politiques.

Voir la vidéo
FRANCEINFO

Elle dénonce "les messages de haine" des opposants à l'ouverture de la PMA à toutes les femmes et appelle à faire la réforme dès "maintenant". Marie Labory, lesbienne et mère de deux enfants nés après une PMA (procréation médicalement assistée) en Espagne, s'adresse aux anti-PMA pour toutes, mais aussi aux médias et aux responsables politiques. Cette journaliste a également signé, avec des dizaines d'autres femmes, lesbiennes et célibataires, une tribune, publiée sur franceinfo.fr, jeudi 11 octobre.

>> Lisez la tribune. "Ne vous inquiétez pas pour nos enfants, ils sont aimés" : lesbiennes ou célibataires, elles ont eu recours à la PMA et veulent peser dans le débat

"Combien de lesbiennes à la une ?"

"Nos enfants sont aimés, nos enfants sont désirés, on les a attendus parfois très longtemps, dit Marie Labory. Ce qui peut leur faire mal, en fait, ce sont vos paroles, ce sont vos affiches." La journaliste liste les qualificatifs employés par les opposants les plus virulents pour parler des bébés nés par PMA : "enfant Deliveroo", "enfant cadeau", "enfant caprice" ou même "enfant OGM"

Marie Labory interpelle également ses confrères et consœurs journalistes. "Pour quatre évêques et une pseudo-intellectuelle anti-PMA invités sur vos plateaux, combien de lesbiennes ? Combien de lesbiennes à la une ?" demande-t-elle, avant de s'adresser au gouvernement. "Qu'est-ce que vous attendez ? Il y a urgence parce que nos enfants sont là et que le droit aujourd’hui crée une inégalité entre les enfants", insiste-t-elle.

Marie Labory, lesbienne, mère de deux enfants nés par PMA en Espagne, à Paris, le 10 octobre 2018.
Marie Labory, lesbienne, mère de deux enfants nés par PMA en Espagne, à Paris, le 10 octobre 2018. (ROBIN PRUDENT / FRANCEINFO)