Nouveaux heurts en marge d'une manifestation contre le mariage homosexuel à Paris

Celle-ci s'est déroulée vendredi soir après la fin de l'examen du projet de loi à l'Assemblée nationale.

Interpellation d\'un manifestant hostile au mariage homosexuel à Paris le 19 avril 2013. 
Interpellation d'un manifestant hostile au mariage homosexuel à Paris le 19 avril 2013.  (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Ils battent le pavé tous les jours depuis mardi. Plusieurs milliers de manifestants, qui se désignent comme des "veilleurs", ont de nouveau défilé contre le mariage homosexuel,  vendredi 20 avril à Paris, quelques heures après la fin de l'examen du projet de loi à l'Assemblée nationale. La manifestation, totalement terminée vers 1 heure, a rassemblé quelque 2 500 personnes selon la police, 7 000 selon les organisateurs.

Le cortège, au son de musiques et de sifflets, est parti vers 20h du métro Sèvres-Babylone, dans le centre de Paris, pour se rendre près de l'Assemblée, sur l'esplanade des Invalides (7e arrondissement), où il est arrivé vers 21h30. Là, les manifestants ont été invités à se prendre la main en "signe de paix" pour chanter la Marseillaise. Des prêtres en soutane, identifiés par les observateurs comme des intégristes de la Fraternité Saint Pie X, ont également fait reprendre à la foule des chansons de leur composition : "A l'Assemblée, la Taubira a décidé d'assassiner les enfants du pays réel" ou "Messieurs les CRS, rejoignez notre mouvement et matraquez les décadents".

Projet de loi voté mardi

Après l'appel à la dispersion lancé peu avant 22h, heure légale de fin de la manifestation, 200 à 300 récalcitrants sont restés sur place malgré la pluie. Une cinquantaine d'entre eux, certains masqués, ont fait face aux CRS et gendarmes mobiles, les provoquant, hurlant "CRS en banlieue" ou "dictature socialiste", et leur lançant de nombreux projectiles (bouteilles, fumigènes...). Les CRS ont répliqué par des jets de gaz lacrymogène et au moins un homme a été interpellé.

Les fauteurs de troubles ont finalement quitté les lieux vers minuit, suivis par le gros des récalcitrants vers 00h30, lorsque la police leur a demandé de partir. Les CRS et gendarmes mobiles ont ensuite encerclé petit à petit la dernière cinquantaine de manifestants toujours sur place, pour finalement les pousser dans la station de métro Invalides.

Le projet de loi, qui fera de la France le 14e pays au monde à ouvrir le mariage aux homosexuels, sera voté mardi par l'Assemblée. Mais les opposants ont prévu d'être de nouveau dans la rue ce dimanche.