Cet article date de plus de sept ans.

Le gouvernement met en garde la Manif pour tous avant ses rassemblements de dimanche

Manuel Valls a affirmé qu'il ne tolérerait "aucun débordement" lors des manifestations prévues par le collectif. La Manif pour tous, qui souhaitait la présence d'huissiers dans le cortège, a été déboutée samedi par la justice.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un homme avec le drapeau de la Manif pour tous lors d'une manifestation contre la "familiphobie" du gouvernement, le 15 décembre 2013 à Versailles (Yvelines).  (MARTIN BUREAU / AFP)

Pas question de tolérer le moindre écart. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a tenu à avertir les organisateurs de la Manif pour tous samedi 1er février, à la veille de nouveaux rassemblements à Paris et Lyon.

"Les consignes sont extrêmement claires, le préfet de police de Paris l'a rappelé, le préfet du Rhône également. Nous ne tolérerons aucun débordement et aucune mise en cause de l'intégrité des policiers", a-t-il expliqué en marge d'une réunion du Parti socialiste. Le ministre a notamment mis en cause les "groupuscules d'extrême droite, identitaires" présents la semaine passé au "Jour de colère", mobilisation contre le président François Hollande.

Une mobilisation contre la PMA et la GPA

Après avoir combattu le mariage homosexuel l'année passée, la Manif pour tous entend mobiliser des dizaines de milliers de personnes contre une éventuelle ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes ou la légalisation de la gestation pour autrui (GPA).

Les deux mesures ne feront pas partie de la prochaine loi Famille, contrairement aux inquiétudes des manifestants, a martelé samedi la ministre chargée de la Famille Dominique Bertinotti. "On a le sentiment qu'ils veulent refaire un match dont les Français ne sont absolument plus demandeurs et dont les Français vont devenir les otages", a-t-elle dit sur BFM-TV.

Pas d'huissier dans le cortège

La Manif pour tous assure que les mouvements extrémistes, comme le Printemps français, ne sont pas associés aux défilés de dimanche. Le collectif avait obtenu la présence d'huissiers au sein de son cortège car elle souhaitait faire constater l'attitude des forces de l'ordre et "relever d'éventuelles atteintes à la liberté individuelle".

La justice a finalement annulé samedi cette présence. "On place la police sous surveillance", a plaidé l'avocat de la Préfecture, qui avait saisi le juge des référés. La Manif pour tous regrette pour sa part l'absence de volonté de "transparence" de la part des autorités.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.