La Slovénie devient le premier pays d'Europe de l'Est à autoriser le mariage homosexuel et l'adoption

Lors de la présentation de l'amendement, le secrétaire d'Etat slovène a renvoyé à des droits que les couples de même sexe "devraient avoir depuis longtemps". 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Deux hommes tenant le drapeau LGBT à Ljubljana (Slovénie), le 18 juin 2016.  (JURE MAKOVEC / AFP)

Le Parlement slovène a adopté mardi 4 octobre un amendement autorisant le mariage des couples de même sexe et l'adoption, après un arrêt de la Cour constitutionnelle, faisant de ce pays le premier d'Europe de l'Est à légiférer en ce sens. L'amendement au droit de la famille a été voté par 48 députés, 29 parlementaires se sont prononcés contre et un autre s'est abstenu. 

"Avec ces modifications, nous reconnaissons aux couples de même sexe des droits qu'ils devraient avoir depuis longtemps", a déclaré le secrétaire d'État Simon Maljevac devant les députés, lors de la présentation de l'amendement. La Slovénie, issu de l'éclatement de la Yougoslavie, est le premier pays anciennement communiste à entériner cette réforme en Europe, la plupart de ses voisins n'autorisant ni les unions civiles, ni les mariages entre personnes de même sexe.

Critiques dans l'opposition

La principale formation siégeant dans l'opposition, le Parti démocratique slovène (SDS), a critiqué la décision de la Cour et organisé plusieurs rassemblements d'opposants. Membre de l'Union européenne (UE) depuis 2004, cet Etat alpin de deux millions d'habitants rejoint 17 pays du continent ayant déjà légalisé le mariage pour tous.

En Hongrie, évoquer l'homosexualité devant des mineurs est même passible d'une amende depuis l'été 2021. En juillet, la plus haute instance judiciaire avait estimé que la loi définissant le mariage comme la seule union d'un homme et d'une femme faisait subir une discrimination aux couples gays et lesbiens.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mariage et homoparentalité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.