Cet article date de plus de sept ans.

Hantay. La maire renonce à célébrer le mariage de deux femmes

Désirée Duhem affirme avoir reçu de nombreuses réactions "violentes" et "menaçantes" après avoir annoncé qu'elle unirait deux homosexuelles samedi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La maire d'Hantay (Nord) avait annoncé, samedi 3 novembre 2012, qu'elle célébrerait le mariage de deux femmes âgées de 22 et 29 ans, avant d'annuler mercredi 7 novembre. (THINKSTOCK IMAGES / GETTY IMAGES)

MARIAGE ET HOMOPARENTALITE - Elle voulait "faire avancer les choses", elle va finalement attendre. La maire PS d'Hantay (Nord), qui souhaitait célébrer samedi 10 novembre le mariage de deux femmes âgées de 22 et 29 ans, a décidé mercredi d'annuler "cet acte civil non autorisé par la loi". Elle a reçu de nombreuses réactions "violentes" et "menaçantes". 

Alors que le projet de loi sur le mariage des homosexuels a été adopté mercredi en Conseil des ministres, cette célébration "se voulait être en faveur des droits de l'homme", explique la maire Désirée Duhem, qui estime que cette cérémonie "n'aurait blessé personne".

"Risque d'une agitation non souhaitée"

"Le risque d'une condamnation pour le maire que je suis n'est rien à côté du risque d'une agitation non souhaitée", a développé Désirée Duhem mercredi dans un communiquéL'élue indique ne pas vouloir "prendre le risque d'assombrir cette journée (...) qui se voulait heureuse, sereine".

"D'un commun accord entre les deux jeunes dames et moi-même, nous procédons à l'annulation de cet acte civil encore non autorisé par la loi", explique la maire d'Hantay qui comptait sur "un peu d'indulgence du gouvernement" pour valider légalement l'union de deux femmes. "Je suis convaincue que la tolérance, l'acceptation de l'autre dans sa différence, prendra toute sa place très bientôt dans notre France, initiatrice de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen en proclamant l'égalité universelle", a-t-elle affirmé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.