En Roumanie, un référendum pour inscrire dans la Constitution l'interdiction du mariage des couples homosexuels

Le mariage des couples de même sexe n'est pas autorisé en Roumanie, et une réforme de la Consitution pourrait compliquer tout changement futur de la loi.

La Première ministre roumaine Viorica Dancila sort d\'un isoloir, après avoir voté au référendum constitutionnel, à Bucarest, le 6 octobre 2018.
La Première ministre roumaine Viorica Dancila sort d'un isoloir, après avoir voté au référendum constitutionnel, à Bucarest, le 6 octobre 2018. (DANIEL MIHAILESCU / AFP)

Les droits des homos sont loin de progresser partout en Europe. Les Roumains votent, samedi 6 et dimanche 7 octobre, pour graver dans la Constitution l'interdiction du mariage des couples de même sexe, lors d'un référendum soutenu par la gauche au pouvoir. Les 19 millions d'électeurs doivent approuver ou rejeter un changement de la définition du mariage et de la notion de famille en précisant que seuls "un homme et une femme" peuvent s'unir, et non plus des "époux".

La majorité sociale-démocrate (PSD) a décidé de laisser les bureaux de vote ouverts deux jours, pour faire le plein de votants dans cette consultation, dont la principale inconnue est la participation. Les opposants au vote faisant le pari du boycott, la victoire du "oui" est assurée, avec un score qui pourrait atteindre 90% des suffrages, selon un sondage publié vendredi. Mais le résultat du référendum n'aura aucune valeur si le seuil de 30% de participation n'est pas atteint.

Le mariage gay n'est pas autorisé en Roumanie

Une faible participation serait en outre vue comme un revers pour les sociaux-démocrates, qui se sont affichés durant la campagne aux côtés de hauts prélats orthodoxes. Après une campagne qui a exalté les valeurs de la famille traditionnelle, et laissé cours aux discours homophobes, le PSD compte mobiliser la Roumanie rurale et conservatrice, le cœur de son électorat. Le parti traverse un trou d'air, accusé de vouloir affaiblir la lutte contre la corruption et contrôler la justice qui a épinglé nombre de ses élus.

Concrètement, rien ne changera dans le quotidien des gays et lesbiennes en Roumanie, à l'issue du référendum. La législation roumaine n'autorise ni le mariage entre personnes de même sexe, ni le partenariat civil. Une interdiction explicite inscrite dans la Constitution rendrait toutefois plus difficile, voire impossible, tout changement futur de la loi en faveur des couples homosexuels.