Cet article date de plus de trois ans.

La Roumanie envisage d'interdire le mariage homosexuel

écouter (3min)

Tous les jours, dans "Un monde d’avance", un coup de projecteur sur une actualité à l’étranger restée "sous les radars" et qui pourrait nous échapper. Aujourd’hui, direction la Roumanie, qui envisage d’interdire le mariage homosexuel. 

Article rédigé par
Jean-Marc Four - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Manifestation de l'extrême droite à Bucarest (Roumanie) contre l'homosexualité, le 9 juin 2018, jour de la Gay Pride. (ROBERT GHEMENT / EPA)

C'est une décision qui irait à rebours par rapport à l’évolution générale des droits des homosexuels dans le monde. La Roumanie est sur le point de convoquer un référendum dans moins de trois semaines, le 7 octobre, pour interdire dans la Constitution le mariage entre deux personnes de même sexe.

Feu vert des institutions

Lundi 17 septembre, la Cour constitutionnelle a validé la possibilité de ce vote, et depuis le gouvernement est réuni à Bucarest pour lancer le processus. Cette initiative vient des députés et des sénateurs : à une large majorité, ils demandent cette interdiction.  

Actuellement, la loi évoque simplement une "union entre époux" pour définir le mariage, sans préciser le sexe des conjoints. Dans la réforme proposée, il serait stipulé "une union entre un homme et une femme". Pour être adopté par référendum, l’interdiction devra recueillir plus de 50% des voix, avec un taux de participation au moins supérieur à 30%.  

Dans ce pays d’Europe de l’Est de 19 millions d’habitants, l'Église tente de mobiliser contre le mariage homosexuel. Il y a trois ans elle avait déjà réuni plus de trois millions de signatures pour exiger cette réforme.

Les ex-Pays de l'Est sous l'influence du clergé

La Roumanie n’est pas la seule à envisager une interdiction.Les droits des homosexuels ne progressent pas partout dans le monde. La récente dépénalisation de l’homosexualité en Inde, est évidemment un symbole de cette évolution. Mais en réalité, le mouvement n’est pas du tout homogène. 

En Europe par exemple, aujourd’hui, 14 pays sur 28 ont autorisé le mariage homosexuel, mais c’est exclusivement à l’Ouest du continent. À l’Est, on assiste presque au mouvement opposé. Le cas de la Roumanie n’est donc pas isolé. Le mariage est déjà interdit dans la Constitution en Pologne, en Bulgarie, en Lettonie, en Lituanie. Et la Slovaquie ne l’autorise pas davantage, même si ce n’est pas inscrit dans la Constitution. Dans la plupart des cas, dans ces ex-Pays de l’Est, la puissance du clergé orthodoxe explique cette position.

Un contexte tendu autour de l'Etat de droit 

Cette interdiction envisagée révèle aussi des tensions en Roumanie. Depuis des mois, le pouvoir dit "social-démocrate" cherche à contrôler la justice et le parquet. L’opposition le soupçonne de vouloir couvrir des faits de corruption à répétition. Cela a déclenché plusieurs manifestations ces derniers mois. L’une d’elles a été violemment réprimée en août. Et dimanche 16 septembre à Bucarest, des magistrats ont à nouveau manifesté contre cette réforme. En ouvrant la controverse sur le mariage homosexuel, le pouvoir cherche peut-être à détourner l’attention du débat sur la justice et l’État de droit.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.