Cet article date de plus de neuf ans.

Mariage pour tous : les opposants à nouveau dans la rue

Le vote définitif de la loi à l'Assemblée le 23 avril ne semble pas avoir entamé leur motivation. Les anti mariage pour tous ont manifesté ce dimanche et ont réclamé le retrait de la loi. Des rassemblements ont eu lieu à Paris et dans plusieurs autres métropoles : Lyon, Montpellier, Lille, Toulouse, Rennes et Strasbourg.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Erwan Pastol Radio France)

Ils ne lâchent rien. Le mot d'ordre est répété à l'envi par les opposants au mariage homosexuel. Plus de dix jours après l'adoption du texte de loi par l'Assemblée, les antis ont changé de braquet : ils réclament désormais le retrait pur et simple de la loi. 

Le Conseil constitutionnel doit rendre sa décision sur cette loi dans un délai d'un mois. En attendant, la "Manif pour tous" continue à rallier ses partisans. A Paris, les antis se sont retrouvés pour un sitting avenue de Breteuil. Ils étaient presque 15.000 selon la police.

Plusieurs villes de province ont également rallié leur lot de contestataires. Dès samedi, ils étaient un millier à Strasbourg. Même décompte ce dimanche à Montpellier, où les manifestants ont défilé aux côtés de Xavier Bongibault, un des porte-paroles de la Manif pour tous.

Frigide Barjot à Lyon

A Lyon, environ 15.000 personnes ont défilé au cri de "Hollande ta loi on n'en veut pas" . De quoi remplir la place Bellecour.

Les manifestants ont été rejoints par Frigide Barjot en fin d'après-midi. L'égérie du mouvement a prononcé un discours qui n'a pas fait l'unanimité. Dans la foule, de nombreuses pancartes s'élevaient contre le projet d'union civile défendu par la porte-parole de la "Manif pour tous".

Du côté de Rennes, plusieurs milliers de manifestants avaient également fait le déplacement. Quant à Lille, la "Manif pour tous" y a rassemblé un peu moins d'un milliers de personnes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.