Cet article date de plus d'onze ans.

Mariage pour tous : la vague des opposants prête à déferler sur Paris

Le mariage pour tous est-il devenu une guerre de rue ? De chaque côté du débat, les partisans rivalisent de mobilisation. Dimanche, c'est au tour des opposants de défiler à Paris. Un rassemblement soigneusement préparé partout en France.
Article rédigé par Marion Degeorges
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Maxppp)

Des semaines qu'ils se préparent. Près de cinq millions de tracts imprimés, des milliers d'affiches collées, 900 bus affrétés et cinq rames de TGV mobilisées. Dimanche, une vague anti-mariage pour tous doit déferler sur la capitale.

Pour ce rassemblement, qui s'annonce comme l'un des plus massifs, les organisateurs comptent bien réunir plusieurs centaines de milliers de participants. L'égérie du mouvement "Manif pour tous", Frigide Barjot, estime qu'"à partir de 200 à 300.000 personnes, on sera déjà crédibles pour que le président de la République nous entende."  

Pour faire venir les manifestants, le collectif a pensé à tout. A commencer par le kit du manifestant, les pancartes à imprimer soi-même ou les

. Tout est sur le site de l'organisation. 

Le dispositif de transports mis en place est conséquent. Pour mieux organiser le tout, Manif pour tous a sû utiliser les réseaux sociaux. Résultat : six stations  de métro seront fermées aux départs et à l'arrivées des cortèges, plus d'une vingtaine de lignes de bus déviées ou paralysées.

Et personne n'est exclu du pavé. L'Office chrétien des personnes handicapées assure la tenue d'un stand de repos en fin de parcours. Quant aux français de l'étranger, ils ne sont pas en reste non plus. La vague anti est partie samedi de Nouvelle-Calédonie. Elle passera ensuite sur la Pologne, Israël, l'Espagne, le Royaume-Uni ou l'Italie.

Pour éviter tout débordement, quelques milliers de personnes sont enrolées dans un service d'ordre. Charge à elles de veiller à ce que toutes les pancartes "correspondent " , comme le précise l'une des organisatrices.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.