Photographié avec un ours mort et passionné de chasse, Luc Alphand tire sur les "haters qui crachent leur venin"

En 2016, l'ancien skieur avait été pris à partie sur les réseaux sociaux après la diffusion d'une photo prise lors d'une partie de chasse en Russie. Deux ans plus tard, il répond à ses détracteurs dans "VSD".

L\'ancien champion de ski Luc Alphand lors d\'une conférence de presse à Moscou (Russie), le 11 décembre 2017.
L'ancien champion de ski Luc Alphand lors d'une conférence de presse à Moscou (Russie), le 11 décembre 2017. (VLADIMIR TREFILOV / SPUTNIK / AFP)

Luc Alphand lance une charge contre "les 'haters' qui crachent leur venin de façon anonyme". Après la publication d'une photo de chasse en octobre 2016, l'ancien skieur a en efft subi un torrent de critiques sur les réseaux sociaux. Le Français, qui va quitter son fief de Serre-Chevalier pour rejoindre la principauté d'Andorre, après avoir été contacté par la fédération locale de ski, profite de l'occasion pour répondre à ses détracteurs dans un entretien à VSD publié samedi 21 avril.

"Moi je chassais le mouflon"

Tout a commencé en octobre 2016, avec la diffusion d'une photographie sur les réseaux sociaux. Luc Alphand y apparaît tout sourire au-dessus de la dépouille d'un ours, lors d'une partie de chasse dans la région du Kamtchatka, en Russie. Une polémique éclate alors, et de nombreux internautes s'en prennent vertement à l'ex-champion du monde de ski alpin.

Lors d\'une partie de chasse au mouflon en Russie, Luc Alphand a pris la pose a-dessus de la dépouille d\'un ours.
Lors d'une partie de chasse au mouflon en Russie, Luc Alphand a pris la pose a-dessus de la dépouille d'un ours. (DR)

Interrogé par VSD, Luc Alphand précise qu'il se trouvait alors dans le même secteur qu'un autre guide de chasse et son client : "Moi je chas­sais le mouflon et eux, l’ours." Ces derniers ont dépecé la bête avant d'aller jeter la carcasse. "Comme il commençait à faire nuit et froid, je me suis mis sur la peau de l’ours. Quand ils sont reve­nus, ils ont voulu faire une photo. J’ai accep­té... raconte-t-il. Bon, je n’au­rais visi­ble­ment pas dû." Selon le vainqueur du Paris-Dakar, le guide l'a ensuite partagé sur son site, puis le cliché a été repéré et largement diffusé.

"Un niveau de haine incroyable"

Menaces de mort, injures... Luc Alphand évoque ensuite "des milliers de messages d'un niveau de haine incroyable" ainsi que "des insultes écrites sur les notes de l’hô­tel où [sa femme] travaille". Le pilote ajoute qu'un tiers de ses sponsors l'ont abandonné après la polémique et que le panneau d'une piste de ski à son nom a été enlevé. "D’un seul coup, tu n’es plus rien d’autre que chas­seur. Pire : tueur d’ani­maux. Vingt-cinq ans de carrière balayés."

Je prélève les animaux qui n’im­pactent pas la repro­duc­tion, je les tire une fois, ils ne sentent rien. Mon gibier, je le découpe, je le mange. Il y a moins de stress que dans un abat­toir.Luc Alphand dans "VSD"

Pour autant, Luc Alphand assume totalement sa passion pour la chasse, une discipline qu'il pratique depuis 35 ans. "Je partais avec mon père, guide de haute montagne, et mon frère (...). Je suis monta­gnard. Ça fait partie de mes racines", dit-il. L'ancien skieur rappelle également que les plans de chasse sont déterminés par "les organismes d'Etat" et que la discipline permet de réguler les espèces. Il déplore enfin un "énorme fossé qui se creuse entre une France à 80% urbanisée, qui se détourne de ses racines, et les gens de la campagne".