Témoignage : elle est née d'une gestation pour autrui

Valentina est née aux États-Unis d'une mère porteuse. En France, elle n'est pas reconnue. 

FRANCE 3

Sa famille est le symbole de la gestation pour autrui (GPA). Ses parents ont eu recours à une mère porteuse pour avoir leurs enfants, des jumelles. L'une d'elles, Valentina Mennesson, 18 ans, parle à cœur ouvert. C'est aux États-Unis que la jeune fille et sa sœur ont été conçues. Une Américaine a fait don de ses ovocytes, une autre a accepté de les porter. "Je considère que j'ai une mère et deux femmes qui ont joué un rôle important dans ma naissance. Ces deux femmes, je les considère un peu comme des amies de mes parents", explique Valentina.

La France ne la reconnaît pas

En France, l'État ne la reconnaît pas. Plus de 15 décisions de justice ont déjà marqué son parcours. Valentina est dans un flou juridique : "J'ai le nom de famille de mon père, mais aux yeux de l'État, je n'ai pas de parents, je ne suis pas affiliée et je ne suis pas dans les registres civils. Je ne suis pas considérée comme la fille de mes parents". Pour Valentina, ce ne sont toujours pas les bonnes personnes qui s'expriment dans le débat public.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le père avait en fait un frère jumeau in utero, dont il a aspiré l\'embryon lors de la grossesse.
Le père avait en fait un frère jumeau in utero, dont il a aspiré l'embryon lors de la grossesse. (SKX / AFP)