Israël : la Cour suprême autorise la GPA pour les couples de même sexe

La GPA avait été légalisée en Israël en 1996, mais uniquement pour les couples hétérosexuels, puis pour les femmes célibataires.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des participants à la Marche des fiertés organisée à Tel Aviv (Israël), le 25 juin 2021. (JACK GUEZ / AFP)

Les partisans de cette mesure réclamaient son instauration depuis plus de dix ans. Les couples homosexuels vont être autorisés à recourir à des mères porteuses en Israël pour avoir des enfants, a statué dimanche 11 juillet la Cour suprême du pays. Les restrictions à la gestation pour autrui (GPA) pour les couples de même sexe doivent être levées dans les six mois, a précisé l'institution.

La GPA avait été légalisée en Israël en 1996, mais uniquement pour les couples hétérosexuels, puis pour les femmes célibataires. "Nous ne pouvons pas accepter le préjudice persistant et contraire aux droits humains que constitue le dispositif existant sur la GPA", a écrit la présidente Esther Hayut dans sa décision.

Frictions possibles au sein du gouvernement

L'Etat hébreu, qui s'enorgueillit d'être le meilleur élève du Moyen-Orient en matière de droits des personnes LGBT+, compte plusieurs hommes ouvertement homosexuels au Parlement. Mais les homosexuels devaient recourir à la GPA dans des pays tels que l'Inde, le Népal, la Thaïlande et les Etats-Unis.

Cette décision est susceptible de susciter des frictions au sein de la nouvelle coalition gouvernementale. Celle-ci comprend en effet la formation Meretz – dont le président Nitzan Horowitz est ouvertement gay –, mais aussi le mouvement islamiste conservateur Raam, qui a qualifié les homosexuels de "déviants".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gestation pour autrui

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.