VIDEO. "Pas de faible dans la famille, tu dégages" : un jeune homme raconte le rejet de ses proches après son coming-out

Franceinfo a diffusé vendredi soir une émission spéciale, à l'occasion de la journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie. Valentin y raconte le rejet de sa famille après son coming-out. 

"J'étais en jean, pull, avec juste mon téléphone, et j'ai dû partir dehors." Valentin n'a que 20 ans lorsque, ce soir de décembre, "peu avant minuit", ses parents découvrent qu'il est homosexuel. Ils l'obligent alors à partir de la maison, en pleine nuit. Invité de l'émission spéciale de franceinfo, vendredi 17 mai à l'occasion de la journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, le jeune homme témoigne de cet épisode très douloureux. 

"Je n'avais jamais entendu de discours haineux", raconte Valentin, évoquant un cadre familial qui montrait jusqu'alors "beaucoup de tolérance". "Je ne pensais pas que ça en arriverait là. C'est cela qui a été hyper dur et hyper violent", confie-t-il.

C'était "pas de faible dans la famille, tu dégages". Et là c'est dehors, un 2 décembre.

Valentin

à franceinfo

A la porte de sa maison, Valentin se retrouve alors seul, sans manteau, avec son téléphone et 20 euros en poche. Il n'ose parler de sa situation à personne. "On ne veut pas en parler à ses amis, parce qu'il y a la honte. On ne veut pas en parler à sa famille, on ne veut en parler à personne, lâche-t-il. On se retrouve alors à 2 heures du matin, gare du Nord, à devoir dormir dehors."

"Au début, je ne réalise pas", poursuit Valentin. "J'ai une espèce de petit instinct de survie qui s'est très vite installé. Et ça a été, maintenant il va falloir faire avec", relate le jeune homme. Il se dit alors : "Voilà ce qui vient de se passer (...) il faut absolument que tu t'en sortes. C'est peut-être juste un petit problème avec les parents."

Il prend conscience du rejet de ses proches "au bout d'une petite semaine", se souvient-il. Valentin s'était jusqu'alors dit que la situation allait "s'arranger". "Et en fait, ça ne s'arrange pas."

Valentin, invité de l\'émission spéciale de franceinfo sur la lutte contre l\'homophobie et la transphobie, le 17 mai 2019. 
Valentin, invité de l'émission spéciale de franceinfo sur la lutte contre l'homophobie et la transphobie, le 17 mai 2019.  (FRANCEINFO)