Cet article date de plus de quatre ans.

"Ils sont venus au contact, ont essayé de me frapper" : il dénonce une agression homophobe en plein centre de Lille

Un jeune homme raconte avoir été agressé par trois individus alors qu'il se rendait au restaurant avec son compagnon. Il assure que trois policiers ont assisté à la scène.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La place de la République à Lille, où Safir aurait été victime d'une agression homophobe mercredi 26 décembre 2018. (MAXPPP)

Un déchaînement de violence en plein centre de Lille. Safir*, un jeune homme originaire de Montpellier, raconte avoir été victime d'une agression à caractère homophobe, mercredi 26 décembre, alors qu'il se rendait dans un restaurant lillois avec son compagnon, raconte La Voix du Nord.

Les faits se seraient déroulés à la sortie du métro République. "J’y avais retrouvé mon compagnon pour aller manger à la Chicorée", une célèbre brasserie lilloise, explique le jeune homme au quotidien régional. "Je le tenais par le bras. A peine sortis du métro, on a été insultés par trois mecs. J’ai répondu en les insultant aussi. Ils sont venus au contact, ont essayé de me frapper. Mais comme j’ai fait des sports de combat, j’ai répliqué."

Martine Aubry se dit "consternée"

La scène, au terme de laquelle Safir aurait réussi à faire fuir ses agresseurs, se serait déroulée sous les yeux de trois policiers. Ceux-ci n'auraient "rien fait" et se seraient contentés d'inviter le couple à déposer plainte au commissariat central. Safir et son compagnon tentent de s'exécuter, mais racontent ne pas avoir pu accéder au poste de police. 

Ils nous ont dit à l’interphone qu’on n’avait pas de certificat [médical], et qu’on n’avait pas à se tenir par le bras, que c’était de la provocation. On était tellement écœurés qu’on est rentrés à l’hôtel.

Safir

à "La Voix du Nord"

Le jeune homme précise qu'il a l'intention de déposer plainte samedi 29 décembre à Montpellier. La Voix du Nord affirme qu'une enquête a été ouverte pour retrouver les agresseurs de Safir et comprendre pourquoi sa première plainte n'a pas pu être enregistrée. Sur Twitter, la maire de Lille Martine Aubry s'est dite "consternée" par cette affaire.

* Le prénom a été modifié.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers LGBT+

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.