Homophobie : le témoignage poignant d'un jeune homme de 23 ans

Un sondage vient confirmer qu'il est toujours difficile de vivre son homosexualité en 2018. 1 personne sur 2 a déjà subi moqueries, insultes ou violence. Une équipe de France 3 est allée à la rencontre d'un jeune homme de 23 ans.

France 3

C'est un secret qu'il a trop longtemps gardé pour lui. Depuis qu'il a révélé son homosexualité, la vie de Lyes Alouane est pourtant devenue un calvaire dans sa cité à Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Un sujet plus que tabou, "c'est condamné". "On ne doit pas en parler et si on en parle, là, on est harcelé", raconte le jeune homme au micro de France 3.

De la violence

Des insultes quotidiennes auxquelles s'ajoute parfois de la violence physique. "Des jets de bouteilles en verre, des claques, des crachats. C'est ça mon quotidien", explique Lyes Alouane. Un quotidien où même les rencontres sur internet peuvent devenir des guets-apens. "Il avait une posture menaçante. Il a pris une bombe lacrymogène et il m'a frappé à la tête. Là, il y avait le sang qui giclait. J'ai eu quatre points de suture. J'ai vraiment cru que j'étais dans un film d'horreur", poursuit le jeune homme. Le lendemain, il se rend au commissariat pour déposer plainte et, face à lui, des policiers lui rient au nez.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'association SOS Homophobie manifeste régulièrement pour dénoncer l\'homophobie et la transphobie.
L'association SOS Homophobie manifeste régulièrement pour dénoncer l'homophobie et la transphobie. (ALPHACITIZENEYE ACE / CROWDSPARK)