Homophobie dans le football : le collectif "Rouge direct" lance un appel à témoignages et demande des actes à la Ligue

Julien Pontes, le porte-parole de ce collectif, souhaite notamment dénoncer les chants homophobes dans les stades.

Julien Pontes, porte-parole du collectif \"Rouge direct\", vendredi 1er février sur France Bleu.
Julien Pontes, porte-parole du collectif "Rouge direct", vendredi 1er février sur France Bleu. (FRANCE BLEU/RADIOFRANCE)

Le collectif contre l'homophobie dans le football "Rouge direct" a lancé vendredi 1er février sur France Bleu un appel à témoignages afin d'obtenir des vidéos de chants homophobes dans les stades de football. Julien Pontes, le porte-parole de ce collectif, entend mettre la pression sur la Ligue de football professionnel (LFP) pour qu'elle sanctionne ces actes.

Le 17 mai 2018, le collectif a lancé une action en justice contre la LFP, afin que l’homophobie soit condamnée sur les terrains, et en tribunes. La LFP a répondu au mois de juin à "Rouge direct" en affirmant avoir "des difficultés à matérialiser les faits sanctionnables", explique Julien Pontes. La LFP "n’arrive pas à trouver la preuve qu'il y a des chants homophobes dans les stades".

Des chants homophobes qui "vont jusqu'à l'appel au meurtre"

Mais cette explication ne satisfait pas le collectif. "La LFP arrive à sanctionner les cris de singe dans les stades, et heureusement, mais elle n'arrive pas à le faire pour les chants homophobes", s'étonne Julien Pontes. Il rappelle que les chants homophobes "vont jusqu'à l'appel au meurtre des gays".

Le collectif demande aux spectateurs qu'ils envoient "des vidéos récentes de chants homophobes" avec un smartphone quand ils ont lieu dans un stade de football. "On se chargera d'aider la LFP à sanctionner les chants homophobes qui sont punis par la loi", assure Julien Pontes.  À terme, le collectif "Rouge direct" souhaite poursuivre la LFP devant le tribunal administratif pour "défaillance".