Les motos bientôt autorisées à remonter les files de voiture ?

Le ministère de l'Intérieur envisage légaliser cette pratique largement répandue. 

Un motard remonte une file de voitures sur le périphérique parisien.
Un motard remonte une file de voitures sur le périphérique parisien. (PIERRE-FRANCK COLOMBIER / AFP PHOTO)

Les habitués des périphériques et rocades urbaines connaissent bien le sujet : dès que la circulation ralentit, ou que les premiers embouteillages se forment, les motards se faufilent entre les voitures. Une pratique qui s'est banalisée en même temps que la multiplication des deux-roues motorisés, mais qui n'est pas autorisée par le code de la route. Tout du moins pas encore, puisque le ministère de l'Intérieur vient d'indiquer qu'il envisage de la légaliser prochainement.

"Le ministre Claude Guéant est ouvert au fait que l'on réfléchisse sur cette possibilité", a assuré son porte-parole, Pierre-Henry Brandet."Des expérimentations en ce sens vont être lancées au cours des prochains mois dans des zones tests en concertation avec les associations de motards", qui réclament ce droit de longue date.

Des expériences en ce sens ont été menées en Belgique, où elles ont montré que cette légalisation n'augmentait pas le nombre d'accidents. "Un groupe de travail va être créé pour suivre ce qui se fait en Belgique, où la remontée des files est autorisée sous certaines conditions depuis le 1er septembre", indique-t-on Place Beauveau.

Une pratique déjà tolérée dans la capitale

A Paris, cette pratique est déjà tolérée - sans être légalisée - dans une charte de bonne conduite des deux-roues motorisés, signée en mars 2007 par le maire Bertrand Delanoë (voir le document au format PDF). Le texte observe qu'"arrêtés à l'arrière immédiat des véhicules dans les files, en particulier sur le boulevard périphérique, les deux-roues motorisés sont dangereusement exposés. (...) Il faut donc mieux circuler entre les véhicules".

Pour le moment, aucun calendrier précis n'a été fixé par le ministère de l'Intérieur, mais les premières expérimentations devraient intervenir "à très court terme".