Cet article date de plus de six ans.

Le Salon de l'Agriculture ferme ses portes, fréquentation en baisse

La 52e édition du Salon de l'Agriculture s'est achevée dimanche soir à Paris. Il a accueilli cette année 691.000 visiteurs, un peu moins que les 703.000 de l'année dernière. De quoi, quand même, rester le salon le plus populaire en France, avec comme d'habitude des politiques qui se sont bousculés dans ses allées.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le Salon de l'Agriculture reste un rendez-vous capital pour le monde paysan © MAXPPP)

Les organisateurs du Salon de l'Agriculture scrutent chaque année avec attention les chiffres de fréquentation. Aevc 691.000 visiteurs cette année, cette 52e édition du rendez-vous de la Porte de Versailles à Paris en a accueilli un peu moins que l'année dernière, où 703.000 personnes s'étaient pressées dans ses allées. Une performance qui demeure remarquable, en raison notamment du contexte sécuritaire, avec le plan Vigipirate à son plus haut niveau, qui faisait craindre pour la popularité du salon. Il reste, en définitive, le plus fréquenté en France, au plus grand bonheur du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll.

Cette année, il aura beaucoup été question de modernité, et de nouvelles technologies dans la plus grande ferme de France. Alors que la France accueillera en décembre prochain une grande conférence sur le climat, voulue comme capitale par François Hollande, la présentation de drones, GPS ou machines agricoles plus propres se sont multipliées Porte de Versailles. Une évolution qui reste, quand même, source de tensions dans le monde agricole, dans lequel plusieurs visions s'affrontent.

Jean-Luc Poulain, président du salon : "Les choses évoluent vite dans notre monde"
écouter

Le Front national au centre du jeu

Comme d'habitude, le Salon de l'Agriculture a également été un terrain de campagne activement labouré par les hommes politiques, d'autant plus à un mois des élections départementales qui affolent dans tous les camps. Et cette année, le Front national était dans toutes les têtes, et beaucoup de mots des visiteurs prestigieux du salon. Manuel Valls et Nicolas Sarkozy ont tous deux dénoncé le discours du FN, appelant les agriculteurs à ne pas s'en rapprocher. De son côté, la présidente du parti d'extrême droite Marine Le Pen est venue jeudi au salon, passant plus de huit heures dans les allées, en opération séduction auprès d'un monde agricole dont elle parvient de plus en plus à rallier les voix.

De quoi scandaliser certains, des syndicats comme la Confédération paysanne mais aussi des personnalités politiques de premier plan qui expliquant que le discours anti-Union européenne développé par le FN ne pouvait convaincre les paysans, eux qui restent pour beaucoup dépendants des aides de la politique agricole commune (PAC).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.