Cet article date de plus de sept ans.

Mais qui va intégrer le Panthéon ?

Hollande annoncera "d'ici à la fin de l'année" le nom de la ou des personnalités qui feront prochainement leur entrée dans le monument consacré aux "grands hommes". Quelles sont les pistes ?

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Panthéon, à Paris, en janvier 2013. (DU SORDET-ANA / ONLY FRANCE / AFP)

Le suspense reste entier. François Hollande annoncera "d'ici à la fin de l'année" le nom de la ou des personnalités qui entreront au Panthéon prochainement, selon son entourage. Une femme devrait vraisemblablement en faire partie. Le monument n'en accueille en effet que deux sur un total de 71 personnalités : la physicienne Marie Curie et Sophie Berthelot, mais en qualité d'épouse du chimiste Marcellin Berthelot. Cependant, le rapport de Philippe Bélaval, président du Centre des monuments nationaux qui gère le Panthéon, contient des recommandations contradictoires. Il a été remis au président jeudi 10 octobre. 

"Une femme du XXe siècle", préconise le rapport

C'est la proposition phare contenue dans le rapport Bélaval : "Rendre hommage dans la période qui vient à une ou plusieurs femmes du XXe siècle qui se sont illustrées par leur courage et la ténacité de leur engagement républicain au service de la transformation de la société." Le document ne propose pas de noms au chef de l'Etat. Mais il établit un profil de "panthéonisable" assez précis: "Il s'agit de porter un message de résilience républicaine, de montrer que l'on peut toujours se relever des pires épreuves lorsque l'on a foi en les valeurs de la République."

L'auteur du rapport a privilégié le XXe siècle afin que "le souvenir soit encore proche et que le grand public comprenne les enjeux". Et de préconiser le choix de femmes "qui ont eu un comportement exemplaire dans des périodes d'épreuves encore proches comme la guerre de 1914-1918, la deuxième guerre mondiale avec la Résistance et la déportation."

De plus, Philippe Bélaval "propose à François Hollande de ne 'panthéoniser' que des femmes pendant son mandat car le déséquilibre homme-femme est très fort" dans ce temple républicain des personnalités illustres. Enfin, il suggère par ailleurs de faire élever, dans la nef, "un monument collectif à toutes les héroïnes de l'émancipation féminine". Il pourrait entre autres mettre en valeur la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, rédigée en 1791 par Olympe de Gouges.

Olympe de Gouges plébiscitée par les internautes

Lancée lundi 2 septembre par le Centre des monuments nationaux, une consultation en ligne a réuni 30 715 votes. Chacun pouvait suggérer le nom de la personne qui, à son avis, méritait d'être transférée auprès des "grands hommes". Selon Rue 89, qui précise que la liste issue de cette consultation était jointe au rapport Bélaval, la mobilisation des réseaux féministes a permis de porter Olympe de Gouges (1748-1793), pionnière du féminisme en tête des votes. 

Elle est suivie par Germaine Tillion (1907-2008), ethnologue et résistante déportée en 1942, qui s'est ensuite engagée contre la torture et pour l'émancipation des femmes. Suivent Louise Michel et Simone de Beauvoir. 

Les internautes n'ont pas plébiscité que des femmes. Hélie de Saint Marc, grand nom de la Résistance, arrive 4e, l'abbé Pierre 7e et le général de Gaulle 8e, juste devant Simone Veil, pourtant toujours en vie. Le professeur Lejeune, connu notamment pour son combat contre l’avortement, arrive 10e, porté par les votes des "pro-vie", note encore le site internet. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.