Cet article date de plus de huit ans.

Le hard discount en perte de vitesse en pleine crise

Le hard discount n'a plus la côte. Alors que le chiffre d'affaires des enseignes à prix cassés chute, les "grandes enseignes" multiplient les produit estampillés marques de distributeurs et rivalisent dans la baisse de prix.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Le hard discount ne
fait plus recette en France. Et cette baisse n'est pas nouvelle puisqu'elle est entamée depuis 2009. Cette année-là, le hard discount représentait 14 % de parts de marché et tout le monde
pensait qu'il pourrait atteindre les 20 %. Aujourd'hui, avec 11,8% de part de marché, on en est bien loin.  

Une nette inversion de tendance

On observe une nette inversion de tendance. Yves Puget,
rédacteur en chef du magazine de la grande consommation LSA nous livre quelque explications. Les ménages qui sont clients du hard-discount sont aussi ceux qui
sont le plus touchés par la crise. Par conséquent, ils consomment moins. La
deuxième raison est à chercher dans la stratégie des hypermarchés qui
multiplient les prix bas.

Le hard discount est contraint de changer de stratégie

Pour Yves Puget, le
hard discount tel qu'on le connaissait est amené à disparaître. Ces marques
doivent donc revoir leur stratégie. Ces enseignes, si
elles veulent progresser, sont obligées de vendre des produits de "marques".
Mais ces enseignes hard discount ne représentent que 4 % de parts de marché. Dans
ces conditions, leur marge de manœuvre pour négocier avec les grandes marques
n'est pas la même que celles des enseignes de la grande distribution qui pèsent
17 à 20 de parts de marché.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.