Cet article date de plus de dix ans.

Le conflit entre une prisonnière et son ex-employeur aboutit devant les prud'hommes

L'affaire oppose une prisonnière licenciée à son ex-employeur. Elle lui reproche d'être payée à coups de lance-pierre. L'entreprise explique que son employée profitait de sa situation pour émettre des appels privés. Une première en tout cas qui pose le problème des contrats de travail en prison.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

L'affaire se passe dans la maison d'arrêt de Versailles dans les Yvelines. Une prisonnière a décidé d'attaquer en justice son ancien employeur, un centre d'appels téléphoniques. Elle souhaite obtenir un salaire normal, des congés payés ainsi que des dommages-et-intérêts pour son licenciement qu'elle juge abusif.

Il faut savoir que les prisonniers ne sont pas payés au SMIC et surtout qu'ils travaillent sans contrat de travail car cela n'est pas obligatoire. Conséquence, ils sont rémunérés à coups de lance-pierre. C'est l'administration pénitientiaire qui a la main avec un taux horaire qui se situe autour de 4 euros de l'heure.

Le tribunal devra donc trancher, en sachant que l'ex-employeur reproche à la prisionnière d'avoir passé des coups de téléphone privés. Mais, ce qui est à retenir dans cette affaire, c'est le flou qui entoure le travail des prisonniers. Il n'existe pas de contrat de travail pour les détenus, or ces derniers travailent et ont besoin de travailler pour assurer leur réinsertion.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.