Cet article date de plus de six ans.

La Redoute : sortie de crise espérée, pétition lancée

Les salariés de La Redoute attendent fébrilement la fin de l'ultimatum fixé vendredi dernier, quand syndicats et direction s'étaient séparés sans trouver un accord sur le plan social en cours. Selon certaines sources, la CFDT pourrait à son tour apposer sa signature, tandis qu'un collectif de salariés s'est créé pour inciter les syndicats manquant à l'appel, à signer.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Vendredi dernier, les
négociations entre syndicats et direction de La Redoute s'étaient achevées sur
un échec cuisant, la CGT, Sud et la CFDT refusant de signer le protocole d'accord
sur le plan social. Un plan qui, dans le cadre de la cession de l'enseigne de
vente à distance par le groupe Kering (ex-PPR), entérine la suppression de
1.178 des 3.437 postes. Mais depuis quelques heures, plusieurs sources évoquent
le retour de la CFDT autour de la table.

Pas de nouvelles
négociations, Kering refusant de céder sur les 40.000 euros demandés pour
chaque départ, mais des discussions sur des ajustements à la marge. La
direction s'en était remise au tribunal de commerce vendredi soir. Et ce
dernier a prévenu, s'il n'y a pas d'accord avant 19h ce lundi soir, ce sera
tout simplement le dépôt de bilan pour La Redoute.

Lettre ouverte

Les salariés n'ont pas
attendu pour tenter de faire pencher la balance. Un collectif s'est monté dans
l'urgence ce week-end, réunissant cadres et salariés de l'entreprise.  Pour faire connaître la situation, et
mobiliser autour de leur avenir, ils font circuler une pétition, "Signez
pour la Redoute".

Mais la situation reste
tendue, entre syndicats, comme la CGT et Sud, qui refusent catégoriquement de
signer pour le plan social, et d'autres salariés. Les syndicats concernés
voient même derrière ce collectif de soutien la main de la direction. Chaque
camp se renvoie la balle, et tout le monde attend désormais la suite.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.