Paris : la préfecture de police interdit trois manifestations prévues samedi, en raison "des risques de trouble à l'ordre public"

Quatre autres manifestations programmées dans la capitale ont en revanche été autorisées par la préfecture.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Manifestation du personnel soignant pour dénoncer le manque de moyens, le 16 juin 2020 à Paris. (CARINE SCHMITT / HANS LUCAS / AFP)

La préfecture de police a annoncé, vendredi 19 juin, avoir interdit trois manifestations prévues samedi à Paris, en invoquant des "risques de trouble à l'ordre public" et de désordre à proximité des institutions, ainsi que des risques sanitaires liés à l'épidémie de coronavirus. La liste est disponible sur le site internet de la préfecture.

Une première demande d'autorisation de rassemblement émanait de l'association Bart-Marsho, en lien avec les violences communautaires survenues à Dijon entre le 12 et le 15 juin. Elle avait pour objet "Communication de la communauté tchétchène sur les événements survenus à Nice et à Dijon"Ce rassemblement a été interdit au vu des "risques de trouble à l'ordre public pouvant générer des désordres et des violences", est-il précisé dans un communiqué. 

Rassemblement interdit pour les "gilets jaunes"

Invoquant des risques sanitaires et de troubles à l'ordre public, le préfet de police de Paris a également interdit un rassemblement annoncé, mais non déclaré, via des appels sur les réseaux sociaux lancés par La Ligue de défense noire africaine (LDNA). Il devait avoir lieu devant l'ambassade des Etats-Unis, située à moins d'un kilomètre de l'Elysée ainsi que du ministère de l'Intérieur, à partir de 15 heures, dans le cadre d'un "nouvel hommage mondial à George Floyd", pour dénoncer les "violences policières à l'égard des membres de la communauté afro- descendante". 

Enfin, une troisième manifestation au nom de "Parisiens, banlieusards et résistants de partout", déclarée mais présentant des risques de désordre à proximité des institutions, a été interdite après le refus des organisateurs d'opter pour un parcours alternatif. Didier Lallement, préfet de police de Paris, a par ailleurs interdit "tout rassemblement de personnes se revendiquant du mouvement des 'gilets jaunes'" au niveau des Champs-Elysées et dans leurs alentours.

Manifestations nationales

En revanche, quatre autres manifestations ont été autorisées par la préfecture. Le principal appel a été lancé au niveau national pour la régularisation des sans-papiers et émane de plusieurs collectifs et de la Marche des solidarités. Des rassemblements sont ainsi prévus dans plusieurs villes (Marseille, Lyon, Rennes, Lille, Toulouse, Grenoble, Strasbourg, Nantes...). A Paris, deux rassemblements sont prévus à 14 heures, de la place de la Nation jusqu'à Stalingrad. Le premier est une "Marche pour la régularisation de tous les sans-papiers et migrants, la fermeture des CRA et le logement pour toutes", organisée conjointement par les collectifs Marche des solidarités et CSP75. Le second, "Pour la régularisation des sans-papiers en France", est organisée par le Collectif "Libérons l'Algérie".

La "Commémoration de la mort de Lamine Dieng", un Franco-Sénégalais de 25 ans décédé en 2007 après une arrestation à Paris, est organisée par le Collectif Faty Koumba, avec comme lieu de rassemblement la place de la République à partir de 13 heures. La deuxième, qui entend "Dénoncer les bombardements de l'armée turque au sud-Kurdisian", a été lancé par le Centre démocratique kurde en France. Le rendez-vous est également fixé place de la République, à 15 heures.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.