Cet article date de plus de six ans.

"L'origine" premier motif de saisine en 2014 selon le Défenseur des droits

Relations difficiles avec les forces de l'ordre, "propos déplacés" et discriminations "en raison de l'origine", telles ont été les principales motivations des 100.000 demandes d'interventions et de conseils de citoyens français auprès du Défenseur des droits en 2014.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Jacques Toubon a succédé à Dominique Baudis en avril 2014 © MaxPPP)

Jacques Toubon, le successeur depuis avril 2014 de Dominique Baudis, a présenté son premier rapport d'activité annuel. Le Défenseur des droits qui regroupe la Halde (depuis 2011) et le Médiateur de la République, a expliqué que le premier motif de saisine reste "celui de l'origine" avec 20% des réclamations.

 

Sur ce point, il rejoint les propos de Manuel Vals. "Il y a la situation réelle de ce qu'est la société française avec beaucoup de ségrégation, d'inégalité de traitement, d'injustice" a-t-il déclaré. "On peut avoir le sentiment qu'il y a des risques d'un retour de l'obscurantisme et de la barbarie."

 

Face à ce "racisme ordinaire" qui vise les étrangers, Jacques Toubon a bien sûr évoqué les attentats de Charlie Hebdo et du magasin Hyper Casher. "Il y a aujourd'hui, une criminalité, un terrorisme de fanatique, un climat contre lesquels il faut lancer une contre offensive." Il appelle aussi à la vigilance de tous pour ne pas négliger un propos ou un acte raciste.

 

Jacques Toubon, le Défenseur des Droits : "Il s'agit de donner la visibilité à ce qui porte les valeurs républicaines contre la visibilité insidieuse ou spectaculaire de ce qui mine les valeurs républicaines."
écouter

 

Autre motif de réclamartion en hausse : la "déontologie de la sécurité" qui a augmenté de 22,9% en 2014. Les personnes qui ont saisi l'institution à ce sujet se plaignent , entre autres, de "violence" dans les relations avec les forces de l'ordre, de "propos déplacés", de "non-respect" des procédures, de "refus d'intervention" ou de "verbalisation abusive". 

Toubon favorable à des "class actions" contre les discriminations 

Lors de sa conférence de presse ce mardi, Jacques Toubon, a également précisé qu'il était favorable à la création d'une action de groupe ( les class actions) dans le domaine du travail pour lutter contre les discriminations dans les entreprises publiques et privées. Et le Défenseur des droits a cité un exemple, celui des femmes enceintes "traitées de manière illégale" . "Nous pensons qu'il faut développer les recours civils et administratifs et encourager probablement un recours collectif, comme dans le domaine de la consommation" a expliqué Jacques Toubon. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.