Vrai ou faux La pétition sur la Brav-M aurait-elle dû être débattue ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
VRAI OU FAKE. La pétition sur la Brav-M aurait-elle dû être débattue ?
6media Vrai ou Fake SJT PETITION BRAVM VOUF ok VRAI OU FAKE. La pétition sur la Brav-M aurait-elle dû être débattue ? (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
À la suite des violences lors des manifestations contre la réforme des retraites, une pétition de députés Insoumis a été déposée sur le site de l’Assemblée nationale pour la dissolution des brigades mobiles. Bien que largement relayée, elle avait été classée par la Commission des lois, mais avait peu de chances d’aboutir.

La pétition demandant la dissolution de la Brav-M a été rejetée, alors qu’elle comptait plus de 260 000 signatures. Le texte a été déposé sur le site de l’Assemblée nationale. À partir de 500 000 signatures, elle pouvait être débattue dans l’hémicycle, mais a été bloquée avant. En Commission des lois, les députés évoquent les pétitions déposées sur leurs sites. Ils peuvent choisir de les examiner ou de les classer. Pour cette pétition, le rapporteur, Éric Pouillat, député Renaissance, a demandé le classement disant que la conduite de certains officiers "ne peut pas conduire à remettre en cause l’utilité des Brav-M dans leur ensemble".

La pétition, un outil pour "donner le sentiment que le Parlement écoute"

Du fait de son nombre important de votes, le classement de cette pétition peut paraître étonnant. Mais en réalité, les pétitions ne sont pas contraignantes. Même en ayant dépassé les 500 000 voix, la pétition sur la Brav-M n'aurait pas été obligatoirement débattue, car c’est toujours aux élus de décider. "Il y a une possibilité pour le personnel politique de débrancher un truc qui deviendrait gênant.[La pétition, NDLR] est un outil qui a été mis en place pour donner le sentiment que le Parlement écoute", explique Benjamin Morel, maître de conférence en droit public à Panthéon-Assas.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.